Un regard sur Chicago, livre et photographies

Comic view

Comic view. © Christophe Elise

Le contemplatif que je suis n’a pas toujours l’œil rivé à l’œilleton d’un boitier. A vrai dire, lorsque je ne suis pas au bord des terrains, des parquets, que je ne tire pas le portrait d’un client, je flâne et observe, les mains libres. Ainsi, cordonnier mal chaussé, mes photographies sur d’autres sujets que le sport sont rares. Avant de photographier, j’aime regarder, voir. Et ne me sens jamais plus libre que marchant, sans sac, sans matériel, aussi petit soit-il, fixant les images, les sons, les odeurs, dans mes souvenirs, aussi insaisissables qu’ils puissent devenir au fil du temps.

Les exceptions à cette paresse s’inscrivent quasiment systématiquement dans un travail sur le long terme. C’est ainsi le cas de ce regard sur Chicago, porté trois années après avoir fait connaissance avec cette ville pour la première fois, à l’occasion de déplacements professionnels pour venir couvrir les Chicago Bulls.

A raison de deux visites par an, logeant chez un chicagoan, cette ville m’est devenue familière, et je suis tombé peu à peu sous le charme de son caractère, de son architecture, de ses matériaux, de ses rues. 2010 initie, via une série de photographies, un travail que je poursuivrai dans les années à venir, sous différentes saisons, parcourant toutes les rues de cette ville, et que je souhaite croiser à terme avec un regard sur la ville de Roubaix, qui partage un parfum, des similitudes architecturales étonnantes avec Chicago.

Cette découverte, ce regard personnel d’un photographe séduit par Chi-Town,  s’attachent autant aux détails de la ville, parfois anecdotiques mais qui sont pour moi l’essence de Chicago, correspondent à une odeur, à un son, qu’à des vues un peu plus larges, sans volonté systématique de figer les symboles touristiques de la ville. Quelques photographies ne sont que le début de séries, l’ébauche d’une famille de visions de la ville.

Lights

Lights. © Christophe Elise

Ces photographies sont présentées dans une galerie de photographies visibles ci-dessous, mais aussi dans un livre de photographies auto-édité, de 40 pages, papier brillant de qualité supérieure, et au choix couverture souple, couverture rigide avec jaquette ou rigide illustrée.

Le prix est respectivement à 33,95 euros, 44,95 euros, 46,95 euros, selon le type de couverture choisie, à commander en suivant ce lien.

Vous pouvez visionner quelques pages ci-après. En cliquant sur le pictogramme avec 4 flèches sur la droite, vous basculerez en plein écran.

Chacune des photographies est disponible à l’achat, en série limitée de 30 exemplaires, numérotée et signée, via ce portfolio Darqroom: www.darqroom.com/portfolio/34099

Les photographies sont proposées sur support rigide aluminium Dibond ®. Ce matériau, à la fois solide et léger, est composé d’un noyau polyéthylène pris en sandwich par deux fines plaques d’aluminium. Ce support imputrescible et inoxydable est très résistant aux chocs et aux intempéries, imperméable, et garantit la longévité de la photographie.

L’impression directe sur plaque d’aluminium est d’une qualité identique à celle d’une galerie photo. Deux rails au dos du support permettent d’accrocher  et d’exposer la photographie en la décalant du mur, lui donnant ainsi plus de relief.


Chicago, the pulse of America – par Christophe Elise

Partager

One Response to “Un regard sur Chicago, livre et photographies”

  1. Greg dit :

    Magnifiques photos !

Laisser un commentaire