Tiger who ?

3 november 2008: Tiger Woods is seen during a game between the Orlando Magic and the Chicago Bulls, at the Amway Arena, Orlando, Florida, USA. © Chris Elise

La pseudo conférence de presse (une conférence de presse pendant laquelle les journalistes ne peuvent pas poser de question…) de Tiger Woods est le premier événement sportif (très) comique de cette année 2010. Comique et pathétique, voire consternant. Quand bien même je couvrirais parfois du golf, ce qui n’est pas le cas,  je ne pense pas que j’aurais pu être plus intéressé par ce non événement, et plus généralement par la non information qu’est la révélation des infidélités de Tiger Woods. C’est un problème entre lui et sa femme, et entre lui et ses sponsors. Si vous voulez revoir ce grand moment de cinéma, rendez vous sur le site d’ESPN. Et vous pouvez rejoindre ce groupe Facebook afin que Tiger Woods obtienne un Oscar d’honneur au plus vite.

De tout ce qui a été écrit sur le sujet, le billet d’opinion de Joe Posnanski, journaliste à Sports Illustrated, est à mon goût le plus pertinent et intelligent.  Je vous en recommande la lecture sur le site de Sports Illustrated.

Joe pointe du doigt l’absurdité de se retrouver dans une posture de jugement moral des actions de Tiger Woods – sincère, pas sincère ? – en regrettant le temps où le seul jugement autour duquel les fans se déchainaient était d’ordre purement sportif. Comme l’écrit Joe:

I don’t know his wife. I don’t know these women that he cheated with. These aren’t close and personal friends of mine. He never promised me that he would lead a chaste life. He never misled me. I may be surprised that he lived the way he lived, and it might lessen my opinion of him as a person (assuming I already had an opinion about him as a person) but all in all, I never really had any intention of asking Tiger Woods to babysit my kids.

Partager

Laisser un commentaire