Merci Monsieur Kurt Warner

04 November 2007: Arizona Cardinals quaterback #13 Kurt Warner passes the ball during the Tampa Bay Buccaneers 17-10 victory over the Arizona Cardinals at Raymond James Stadium in Tampa, Florida, USA. © Chris Elise

Kurt Warner a décidé de mettre un terme à sa carrière de quaterback en NFL, le 29 janvier 2010. A l’opposé des caprices et hésitations de diva de Brett Favre qui ne supporte rien de moins que de ne pas être le centre d’intérêt, Kurt Warner est le prototype du good guy, du héros de l’histoire de cinoche à l’américaine. Un synopsis connu mais qu’il est bon de rappeler tellement l’histoire est belle: non drafté à la sortie de l’Université,  en 1994, après un try out sur invitation des Green Bay Packers sans suite, il se retrouve à remplir les rayons d’une supérette pour 5,50 dollars de l’heure, en attendant une invitation d’un club NFL qui ne viendra jamais. C’est l’Arena Football League, une ligue de football en salle, qui lui donnera l’occasion de briller durant 3 saisons. Les Chicago Bears l’invitent alors en 1997 à un try out auquel il ne peut se rendre, s’étant blessé à l’épaule durant sa lune de miel.

Who Is This Guy ?!

La poisse lui fiche la paix en 1998 lorsque les St. Louis Rams le signent. Direction: la NFL Europe au sein des Amsterdam Admirals. En 1999, il  rejoint les Rams, et à la faveur de la blessure du quaterback titulaire, il est propulsé aux commandes de l’équipe. La NFL découvre alors un quaterback de grande classe à la vista et au touché rappelant un certain Joe Montana. Kurt Warner est le seul quaterback de l’histoire de ce sport a avoir lancé pour 3 touchdowns à chacun de ses trois premiers matchs de NFL ! Le 18 octobre 1999, Sports Illustrated consacre sa Une à Kurt Warner avec ce titre éloquent: « Who Is This Guy ? ».

Sports Illustrated, October 18, 1999: Kurt Warner of The Rams

Cette même saison, il conduit les Rams au Super Bowl XXXIV face aux Tennessee Titans. Kurt Warner lance 45 passes sans une interception durant ce match, un record, pour deux touchdowns, et un total de 414 yards. Les Rams sont champions en battant les Titans 23 à 16. Kurt Warner est élu MVP du Super Bowl, après avoir été celui de la saison.

La saison 2000 est moins explosive. Warner se blesse à la main et partage le poste de quaterback avec Trent Green. Les Rams se font éliminer des playoffs prématurément. Mais dès la saison 2001, les Rams retrouvent une cohésion défensive qui – combiné au travail de Kurt Warner – les conduisent au Super Bowl. Ils le perdront face aux New England Patriots. Cette défaite marque le début d’une traversée du désert pour Warner qui réalise ses deux plus mauvaises saisons en 2002 et 2003. Durant cette dernière il perd son statut de quaterback titulaire. Il échoue alors aux New York Giants où il fait un début de saison honorable avant de devoir céder le poste de quaterback à Eli Manning, lequel enregistre un bilan victoires-défaites de 1-6, à comparer à celui de 5-4 de Warner avant qu’il devienne remplaçant.

En 2005, Kurt Warner signe aux Arizona Cardinals, où il finira sa carrière. Il conduit les Cardinals au Super Bowl à la fin de la saison 2008, perdu 23 à 27 face aux Pittsburgh Steelers. Une donnée à retenir: lorsque Kurt Warner a été titulaire d’une équipe durant la saison régulière et les playoffs, il l’a systématiquement menée au Super Bowl. Donnez lui les clés, le job sera fait.

Ce rappel de sa carrière me fait réaliser à quel point j’ai eu de la chance de pouvoir shooter ce quaterback en 2007, lors d’un reportage sur la côte Est des USA. C’était le 4 novembre 2007, au Raymond James Stadium à Tampa, en Floride, lors d’un match perdu 17-10 face aux Buccaneers. Je reconnais avoir pensé à l’époque que Kurt Warner était en fin de carrière, et que j’assistais peut-être à sa dernière saison alors que le trop vite désigné prodige Matt Leinart était promis aux destinées des Cardinals. Un an plus tard, Kurt Warner menait les Cardinals au Super Bowl. Merci pour tout Kurt Warner, merci pour m’avoir fait vibré en janvier 2000 comme je ne l’avais pas été par un quaterback depuis Joe Cool, en 1989. Merci Monsieur Kurt Warner.


NFL – Kurt Warner – Images by Chris Elise

Partager

3 Responses to “Merci Monsieur Kurt Warner”

  1. buzarjump dit :

    Belle histoire, c’est vrai. Incroyable d’imaginer que ce gars n’est arrivé en NFL qu’à 27 ans, et qu’il a réalisé tout ça ensuite.

  2. Merci de nous avoir présenté cette belle histoire.

  3. MVP76 dit :

    Bravo pour cet article, Kurt WARNER est mon joueur préféré. NEVER STOP BELIEVE !

Laisser un commentaire