Life in the majors

Benny da' Bull, mascotte des Chicago Bulls, le 17 décembre 2009, avant l'introduction des joueurs, au United Center, Chicago, Illinois, USA. © Christophe Elise

Pour le premier post de la vie de ce blog, je vais rendre un léger hommage à Guillaume Laroche, Directeur Artistique et Directeur de Publication du magazine Reverse. Guillaume est le premier à m’avoir suggéré d’ouvrir un blog sur mon métier de photographe de sports, en mars 2008. Et sans son idée, même si le chemin a été long, ce blog n’aurait pas vu le jour de si tôt.

Le magazine Reverse, spécialisé dans le basket (le meilleur magazine de basket francophone !), a un site web – BasketSession – qui héberge depuis plus de deux ans des blogs d’amoureux de ce sport. A l’époque j’avais accepté avec plaisir, mais faute de temps, je n’avais jamais alimenté sérieusement ce blog. Il faut aussi dire qu’avec seulement deux ans de métier, j’avais le sentiment de ne pas nécessairement avoir des posts très intéressants à publier. Deux ans plus tard, mon expérience est un peu plus grande, et quoiqu’il en soit l’envie d’échanger avec d’autres amateurs de sports, et de présenter mon travail autrement que par un simple portfolio, me conduisent à retenter l’aventure. Les posts de ce blog seront aussi visibles sur le site BasketSession et c’est un juste retour à l’initiateur de ce projet, Guillaume Laroche.

« This is how we do it« 

D’ailleurs, je vais en grande partie reprendre pour ce post ce que j’ai rédigée en 2008 pour me présenter aux lecteurs de BasketSession. Cela fait plus de 10 ans que je passe ma vie professionnelle à écrire sur celle des autres. Journaliste en presse écrite, l’envie m’a un jour pris de changer d’air, d’une autre forme d’écriture, au sens figuré du terme. Et par un enchaînement d’opportunités et de choix, me voici depuis 4 ans photographe de sports. La photo pour aborder un nouveau média de journalisme, afin d’être moins en prise directe, en interaction, avec les sujets de mon travail. Prendre du recul, n’être qu’un observateur, un témoin. Et le sport pour ce qu’il représente selon moi, une tragédie grecque par son déroulement d’événements dramatiques à la fatalité inéluctable. Une pièce de théâtre dont l’issue est toujours la mort (oui, au figuré…) d’un des protagonistes, et dont le synopsis est continuellement improvisé.

« Can’t forget about Jordan’s retirement« 

Shooter du sport relève de la dramaturgie. 30 piges passées à suivre du sport à la télé ou dans des stades et salles (et parfois à en faire, bon ok, mal…souvent…), ce sont 30 ans  de souvenirs d’histoires, de drames, de joies, de surprises, d’émotions. Ne plus simplement être spectateur, mais rendre compte de tout cela, garder trace, observer, témoigner de l’histoire du sport, être au plus près du jeu, dans l’ambiance… c’est pour tout cela que je suis photographe de sports. Certes j’aime la photo, mais reste d’abord un journaliste. Je n’utilise juste pas un stylo, un clavier, un micro ou une caméra pour faire ce taf, j’me planque derrière un oeilleton.

Gametime

La bannière des 72 victoires des Chicago Bulls lors de la saison 1995-1996, dans les hauteurs du United Center, le 11 décembre 2009, Chicago, Illinois, USA. © Christophe Elise

Quitte à choisir son métier, autant se faire plaisir. Shooter du sport en étant français, basé en France, c’est s’assurer les passionnants matchs de ligue 1 dans des stades grandioses et une ambiance chaleureuse, le top 14, du volley et du hand dans des gymnases flamboyants… ok je n’ai rien contre ces sports – j’aime tous les sports (ou presque) – mais j’ai grandi avec des yeux écarquillés de gosse devant les passes de Joe Montana, les dream moves d’Hakeem the Dream, les exploits de Jordan, et chaque année ne débute pas vraiment pour moi le 1er janvier, mais plus tard avec le spring training (Baseball is serious, life is just details…). Pour le basket, j’ai la Pro A à portée de main, ses maillots aux couleurs chatoyantes, ses salles à la chaude ambiance, ses rebondissements et drames… Marrant, cela me fait un pouce moins vibrer que l’ambiance d’un match des Warriors à Oakland (ok époque Baron Davis), de lever les yeux vers la dizaine de bannières suspendues dans l’United Center… Shooter dans les ligues majeures – NBA, MLB, NFL, NHL – est un choix, et c’est peu à peu devenu une spécialité.

Reverse is da’ bomb !

C’est ainsi que j’ai un jour tapé à la porte de Reverse (« Best damn basketball magazine this side of the universe !« ) un jour pour leur dire franco « j’veux bosser pour vous !« . Quelques couvertures plus tard – celle avec Kobe, celle avec Pierce, celle avec Noah, celle avec Parker, celle avec Lebron James – un bon paquet de photos NBA publiées, des portraits, je suis désormais dans le staff des photographes, étiqueté NBA. Et mes photos alimentent aussi le site web BasketSessionPhotographe freelance, je couvre aussi tous les sports. A l’invitation de Reverse en 2008 par Guillaume Laroche, grâce à sa suggestion et sa confiance, ce blog renaît et va raconter un peu tout ça, cette vie dans les ligues majeures,  au bord des terrains et pistes d’autres sports, commenter l’actualité de tous ces sports que j’aime, le traitement de médias de ces sports, un peu de photographie et d’équipement,  et tout ce qui m’passera par la tête.

PS: vraiment, abonnez vous à Reverse !

Partager

5 Responses to “Life in the majors”

  1. Flamme Julien dit :

    De très belles images, magnifiques, émouvantes…
    Je fais partie moi aussi du monde de la photographie (en amateur et à moindre mesure) et je ne peux qu’admirer votre travail ainsi que votre plume.

    Bonne continuation, au plaisir de vous relire.

  2. yoyao dit :

    C’est une autre forme de journalisme et cela m’inspire enormément

  3. ValGal dit :

    Très bonne initiative ce blog. Félicitation.
    De superbes photos, de superbes articles. Il ne manque plus que quelques conseils et astuces perso pour que ce soit parfait.
    Bonne continuation et bon courage pour la mise à jour (que j’espère régulière) de ce blog.

  4. Merci à vous deux !

    Pour les conseils et astuces, qu’est ce qui t’intéresserait de savoir ValGal ?

  5. ValGal dit :

    Niveau conseils, j’ai pas vraiment de demande précise.
    C’est juste que je me dis, qu’avec le recul et tout ton travail, tu as du acquérir certains automatismes pour faire qu’une image soit plus impactante qu’une autre. Tu as surement du te retrouver dans des situations pas forcément favorable, avec pas forcément du bon matériel… Donc comment faire pour réaliser tout de même des bons clichés. En savoir un peu plus sur ton vécu sur le terrain.
    Des petites astuces comme ça, en tout genre, autre que: « mettre ses pellicules au frigo, c’est bien. » ^^
    Sans pour autant, bien sur, dévoiler tout les secrets qui font la beauté de tes clichés.

Laisser un commentaire


Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /home/H3415/blog.42sportsimages.com/wp-content/plugins/cute-profiles/processors/cute_1.php on line 25