Le rêve d’un Prince en MLB

28 august 2009: Alexadnre Roy is seen pitching during the Interligues France, near Paris, France. © Chris Elise

Mon espoir de pouvoir un jour photographier le premier joueur en Major League Baseball se renforce chaque année. Et avec un peu de chance, de réussite et beaucoup de travail des espoirs français, je mise même sur une french touch en MLB dans les 5 années.

Après la signature chez les Oakland Athletics d’Andy Paz Garriga (17 ans à la signature), c’est le tour, en ce début d’année 2012, du jeune (16 ans) Alexandre Roy, fils de Robin Roy  – l’un des tous meilleurs lanceurs ayant évolué en France, ancien joueur puis team manager des Huskies de Rouen. Lanceur gaucher, Alexandre a suscité depuis l’année dernière l’intérêt de diverses franchises MLB, particulièrement suite à son passage a la MLB Academy en Italie. Jusqu’aux derniers instants de l’accord trouvé avec les Mariners, Robin Roy me confiait que les Yankees, les Cubs, les Phillies, les Royals et les Rays, tentaient leur chance auprès d’Alexandre.

De l’aveu même de Robin, Alexandre est bien meilleur que lui au même âge, sans compter qu’il bénéficie d’un atout qui ne s’apprend pas : « je n’étais pas gaucher », rappelle Robin. Avec une balle testée à 82-83 mph, ses 1m88, une courbe qui laisse entrevoir un fort potentiel,  une réelle maturité pour son âge,  et le coaching de son illustre père (dit Le King), Alexandre a de quoi séduire. Le scout des Mariners Wayne Norton ne tarit d’ailleurs pas d’éloges à son sujet (dans une interview accordée au site web des Huskies) : « Il est jeune, il a une grosse marge de progression. J’aime son physique, il a une bonne morphologie. Sa mécanique est clean, équilibrée, bien coordonnée. J’aime beaucoup le mouvement de son bras , son amplitude. Il est facile. Son bras est jeune, frais. Il n’a pas trop forcé, au contraire des jeunes lanceurs américains de son âge qui ont déjà beaucoup forcé sur leur bras. Je pense qu’il est capable d’être redoutable avec sa courbe ».

Son contrat professionnel de 7 ans avec les Seattle Mariners en poche, le programme d’Alexandre va tout d’abord passer par… le baccalauréat de français. Puis cet été 2012, il rejoindra l’équipe de rookie league des Mariners, probablement en Arizona, avant de revenir boucler sa dernière année de lycée et décrocher son baccalauréat. S’ensuivra alors le  long chemin vers la « Big League »…  A toi de jouer  le Prince !

Partager

One Response to “Le rêve d’un Prince en MLB”

  1. […] il n’a pas encore signé un contrat professionnel de baseball, comme Andy Paz Garriga ou Alexandre Roy, ou le pionnier Joris Bert avant eux. Mais Maxime Lefevre est un nom qu’il faut retenir, et […]

Laisser un commentaire