Le Mark IV de l’espoir

16 january 2010: Ludovic Obraniak of Lille celebrates during the French League 1 football match between Losc Lille Metropole and PSG Paris Saint Germain, at Stadium Lille Metropole, near Lille, France. © Chris Elise. Prise au Canon Mark IV.

Depuis quelques jours, j’ai pris possession d’un Canon 1D Mark IV en remplacement du Canon 1D Mark III que j’utilisais depuis plus d’un an. Ce fameux Mark III si décrié… méritait son traitement. Le modèle dont j’étais équipé ne figurait pas au nombre des premières séries touchées par divers problèmes, qui ont poussé de nombreux photographes à, soit revenir à leur Mark IIn, soit à aller voir chez Nikon ce que valait leur D3. Cependant, il ne m’a jamais pleinement satisfait. A tel point que mes deux Mark IIn sont toujours restés dans mes valises à chaque reportage.

Voyez vous je ne suis pas très regardant ni exigeant, je demande juste à un boîtier professionnel à 4000 euros d’être capable de faire une mise au point précise en toutes circonstances, ou presque. Je ne compte plus le nombre de fois où une image a fini à la poubelle, non pas parce que j’avais raté l’action mais parce qu’elle n’était pas nette. Et ceci non pas dans des conditions très délicates, de faible luminosité par exemple, mais parfois car le contraste était peu élevé. J’ai le malheur de devoir shooter parfois des sportifs qui portent un maillot blanc ou de couleur claire, en plein jour, en pleine lumière. Et dans ce cas précis par exemple, l’AF du Mark III pouvait patiner. Un calibrage par le CPS (Canon Professional Services), avec mes objectifs, n’a jamais vraiment amélioré les résultats. Mon bilan de 4 années  d’utilisation des boîtiers pros de Canon – Mark I,  Mark II, Mark II, Mark III, Ds Mark III – dans toutes les conditions imaginables ou presque, est que l’AF n’est pas le point fort de Canon. Ennuyeux pour un pro (et pour quiconque s’offre un jouet à 4000 euros)…

Ce bilan a été conforté à l’été 2009 lorsque j’ai pu couvrir un événement équipé de mes boîtiers, et d’un Nikon D3. Face à face, mon Canon Mark III couplé à un Canon 400mm f/2.8 L IS, et un Nikon D3 sur lequel était vissé un Nikon 400mm f/2.8 AF-S VR ED. Bien que je n’étais pas là pour faire des tests, les conditions identiques de prises de vue étaient l’occasion de comparer les réactions de ces boîtiers. Sur l’ensemble de la compétition, le constat était en faveur de l’AF du Nikon: plus performant, moins de déchets. Le photographe ne changeait pas, le matériel Canon avait été régulièrement vérifié et calibré, donc avoir automatiquement plus de photos nettes avec un équipement que je ne connaissais ni ne maitrisais, me poussait alors à envier les nikonistes.

05 August 2009: Andy Paz, catcher of Team France, eyes a russian player sliding to the home plate, during the European Championship Juniors, in Bonn, Germany. © Chris Elise. Prise au Nikon D3.

Autant dire que j’attendais beaucoup de ce Mark IV. Non en fait je n’attends qu’une chose: que l’AF soit au top ! Une meilleure gestion du bruit avec la montée des ISO ? Oui c’est bien utile en sport dans des salles et stades faiblement éclairés. Mais si l’AF est vraiment performant, il fera mon bonheur. Mon verdict ne sera définitif qu’après plusieurs mois d’utilisation, dans diverses conditions, mais le premier contact est très favorable. D’autant plus que c’est à l’occasion d’un match de football Lille vs PSG que je le découvre. Qui dit match de ligue 1, dit match le soir, à 21h en l’occurrence, en plein hiver…et pour couronner le tout, sous la pluie ! Autant dire que les conditions, fréquentes en France, sont assez idéales pour voir ce qu’il a dans le ventre. Et l’AF s’est avéré excellent. Je n’ai simplement pas raté une seule photo pour cause de OOF (Out Of Focus), qui ne soit pas le fait d’un manque de réactivité de ma part. Par ailleurs la gestion du bruit m’a paru en effet un peu meilleure encore que celle du Mark III qui avait déjà fortement progressé comparé au Mark II.

J’ai désormais hâte de me retrouver en pleine journée, avec un beau soleil, dans un ballpark MLB ou dans une salle NBA. Je reviendrai sur les performances du Mark IV, particulièrement de l’AF, tout au long des mois prochains. Pour ce qui est de la fonction vidéo, je ne sais pas trop quoi en penser, ce que je peux en tirer dans ma pratique professionnelle. Quoiqu’il en soit, il me faudra au moins apprendre à monter une vidéo avant d’envisager quoique ce soit de sérieux.

Partager

9 Responses to “Le Mark IV de l’espoir”

  1. Kevin Couliau dit :

    Impec ton site Chris !
    Quant à l’acquisition du Mark IV, tu me donneras ton feedback. J’ai bien rentabilisé mon 5D mark II pour ma part, le mode vidéo est incroyable et beaucoup de films,pubs, clips sont tournés avec ça en ce moment. A l’occasion je te montrerais ce que j’ai filmé à NYC. C’est pas évident que t’ai l’opportunité de filmer en plein shoot d’un match de baseball ou basket, mais dans certaines situations ça peut être sympa.

  2. Merci Kev. Pour le feedback, tu peux compter sur moi. Pour l’instant je reste prudent concernant l’AF, c’est vraiment après avoir eu une grande variété de conditions différences que je vais pouvoir me faire un avis plus définitif.
    Pour la vidéo, je ne demande qu’à apprendre, donc il faut en effet que tu me montres ce que tu as fait, et me files des conseils ! On se voit en février sans faute !

  3. Anonyme dit :

    […] une avis d'expert Le Mark IV de l’espoir | 42 Sports Images […]

  4. jh dit :

    Je confirme ayant vu les vidéos de Kev, notamment celle de phoenix (et encore, tu trembles un tout petit peu), la qualité est énormmmmmmmme !!
    Sinon j’y connais rien à vos noms d’appareil photo, mais les photos sont magnifiques !

  5. Stéphane C dit :

    Un avis précieux sur ce nouveau boitier… Et je vois que je retrouve ici des personnes que je connais n’est ce pas Kevin 😉
    Un vrai plaisir que cette petite visite sur ton site Christophe alors merci à toi et au plaisir de pouvoir échanger un peu avec toi 😉

  6. Patrick dit :

    Bonjour Chris, merci pour l’article sur le MKIV. Avez vous encore quelques infos à partager ? 😉
    Félicitation pour ces magnifiques images.

  7. Hello Patrick,
    Pour l’instant je n’ai shooté que dans des conditions assez similaires: peu de lumières, ISO élevés… Pas assez de diversité de conditions pour en tirer d’autres conclusions.
    Et puis un nouveau firmware est déjà sorti, et il faut que je me penche sur les réglages de l’AF. Il semble qu’il est nécessaire de faire quelques réglages qui optimisent l’AF.

  8. All dit :

    Bonjour,
    Aprés 8 mois avec le Mk IV je veux bien vos sentiments par rapport au IIN, j’ai fais le saut il y a 3 mois et je suis parfois étonné de son comportement sur du rugby et du foot, mais je n’ai pas vos optiques ceci explique cela (70/200 2.8 IS & 120/300 2.8 sigma). Cependant je lui trouve parfois des comportements bizarres comme des pertes de points sur des remontées de terrain ou l’AF part « a volo ».
    Merci de vos retours cher confrère.

    All

  9. Je le trouve aussi parfois peu fiable dans des situations simples comme des joueurs en contre attaque rapide qui remontent le terrain dans ma direction, avec des pertes d’AF si dans ce cas je fais une série. Cependant dans ces cas, j’ai su m’adapter en ne shootant plus de séries, mais seulement deux photos de suite. Ce qui m’évite les OOF (out of focus).

    Dans l’ensemble, l’AF est bien plus performant en conditions délicates. Il peut encore être perturbé parfois lors de faibles contrastes, en pleine lumière. Selon moi, le Mark IV est supérieur en tous plans au Mark IIn, qui est celui que j’ai le plus utilisé. En revanche, le boitier le plus performant en AF que j’ai pu utiliser est le Mark I.

Laisser un commentaire