Des nations de fans

Supporters of the french soccer team Paris Saint-Germain (PSG) Football Club. © Chris Elise

Non un fan de sport n’est pas un abruti ! Une évidence qui mérite d’être rappelée à la lumière des derniers événements relatifs à des fans du PSG, et le coma de l’un d’entre eux. On pourrait en douter parfois. Mais le football – et pas seulement le PSG – semble être un cas à part, que je ne m’explique pas…  Le sport qui jette une ombre sur tous les autres. De tous les événements que j’ai pu suivre depuis 4 ans, amateurs ou professionnels, de modeste envergure, ou dans des stades de 60 000 personnes ou plus, le football est le seul sport dans lequel une frange de fans, excessifs, verse volontiers dans la vulgarité, l’insulte gratuite, la violence.

Enfin lorsque je dis une frange de fans, elle n’est pas nécessairement minoritaire dès lors qu’il s’agit d’insultes. Dans aucune autre enceinte sportive, je n’entends une tribune entière, voire plusieurs, hurler « enculé ! » à la présentation des joueurs de l’équipe adverse, et autres amabilités tout au long de la partie. Pourquoi l’effet d’entrainement du groupe, de la foule, fonctionne à plein pot dans ce qu’il a de plus vulgaire dans le foot et pas dans d’autres sports ? Et qu’on ne me dise pas que l’ambiance est toujours plus chaude dans le foot ! Que ce soit en France ou partout dans le monde, de nombreux sports s’accompagnent d’une cohorte de fans enthousiastes, bruyants, survoltés, mais non violents, ni par le geste ni par la parole. En France, Bercy devient un chaudron à chaque finale du championnat de pro A et de pro B de basket. Le Stade de France s’anime lors de chaque rencontre du Quinze de France.

22 october 2006: A Raider fan is seen during the Oakland Raiders 22-9 victory over the Arizona Cardinals at the McAfee Coliseum in Oakland, California, USA. © Chris Elise

Les Etats-Unis d’Amérique sont souvent moqués avec condescendance comme le pays du sport spectacle et de supposés spectateurs passifs, plus intéressés par un bon burger, une glace ou des frites, que par le match qui se déroule sous leurs yeux. Quiconque n’a jamais été à quelques mètres du Black Hole (du nom d’un ensemble de sections du McAfee Coliseum -104, 105, 106 et 107 – fréquentés par les fans les plus fervents des Oakland Raiders), quiconque n’a jamais assisté à un match des Red Sox face aux Yankees à Fenway Park, quiconque n’a jamais suivi un match de basket universitaire, vibré pour un match de playoffs NBA, continuera à avoir cet a priori. Les Américains sont certainement un peu gatés par la profusion de matchs disponibles mais de très nombreux fans assurent dans chaque enceinte sportive une ambiance fiévreuse, sans pour autant la ponctuer d’insanités ni se montrer violent.

Pour un photographe de sports, ces fans participent pleinement au plaisir de faire ce métier. Je dois reconnaitre avoir été très impressionné par la tribune des Boulogne Boys au premier match du PSG couvert au Parc-des-Princes. Le plaisir pris à sentir dans mon dos ces milliers de fans porter leur équipe, était à peine gâché par les insultes à l’encontre des joueurs adverses. Hélas, jamais je n’irai avec un enfant assister à match de foot en ligue 1, puisque cela semble la règle partout de pouvoir injurier l’équipe visiteuse et/ou les arbitres. Comme école de la vie on fait mieux… Et cela renforce mon désamour pour ce sport. Cependant, mon vrai plaisir souvent lors des matchs de foot est d’écouter les supporters, et de les shooter.

Le souvenir le plus vivace de mon premier match de football américain, le 22 octobre 2006 – après celui de la remise à John Madden, de sa bague saluant son entrée au Hall of Fame – fût lorsque je me suis installé à quelques mètres du Black Hole… Débutant sans expérience significative, j’ai été quelques instants perturbé, amusé, par les invectives de la Raider Nation à l’encontre de l’équipe des Cardinals qui affrontait les Raiders, par l’enthousiasme, les tenues, déguisements, et aussi par la connaissance de chaque joueur adverse. Je me souviens ainsi de fans des Raiders moquant tel ou tel joueur en lui rappelant des épisodes peu glorieux de sa carrière universitaire ! C’est à cette occasion que j’ai réalisé que le spectacle ne se déroulait pas seulement devant moi mais aussi dans mon dos, et qu’il me faudrait toujours penser à tourner l’objectif vers ces tribunes, ces fans, ces amoureux du sport, de leur sport, de leur équipe. Souvent, cela vaut le coup d’oeil, comme vous pourrez en juger en visionnant cette gallerie de photos de fans:


Sports fans – © Christophe Elise

Partager

10 Responses to “Des nations de fans”

  1. Syra dit :

    Bonne idée ce post. Superbe photos comme d’hab. Celle du fan Raider est géniale, celle des fans de Jacksonville est flippante. Celle des Dominicains me fait penser à quand j’avais été à NY. Ca devait être un jour spécial pour eux, ils étaient tous de sortie habillés en bleu et rouge, c’était énorme !

    Sinon, les fans qui m’ont le plus impressionné. c’est les Grecs. A un match Pana-Olympiakos, j’avais passé la moitié de mon temps à les observer plutôt que de regarder le match. Les chants et tout c’était énorme !

  2. Oui les Grecs ont la réputation d’être fous et même parfois dangereux (on m’a parlé de jets de pièces sur les joueurs, non ?) !

  3. Stéphane C dit :

    De très belles images…

    Les émotions du sport sont aussi dans les tribunes… je prends également moi même (plus modestement bien sur) un réel plaisir à shooter un enfant au regard admiratif devant son joueur favori ou le spectacle offert par son équipe préférée, l’explosion de joie d’un supporter qui oublie tout l’espace d’un instant pour jouir pleinement du plaisir de la victoire ou encore la satisfaction d’un parent ou d’un grand parent à l’idée que l’enfant a ses côtés vie une part de rêve…

    Moi non plus je n’aime pas le foot dans ce qu’il véhicule de négatif dans les tribunes… je ne rejète pas ce sport mais plus certains faits lui étant lié… dommage vu l’omni-présence du « soccer » dans notre pays et sur nos téléviseurs…

    Je préfère à ça le folklore des sports américains et la chaleur familial d’une salel de basket par exemple… et donc que de plaisir ont pris mes mirettes devant ces 97 photos !

    Merci et une fois de plus bravo à toi Chris !

  4. chris dit :

    Bonjour et bravo.
    Juste une chose mais peut être je me trompe: Il me semble qu’à l’époque de mes premiers voyages aux US (1990) chez des amis à Sunnyvale, j’allais voir les A’s (c’était the best team) justement au McAfee, qui était un stade de baseball. En face sur l’autre rive, il y avait Candlestick Park (49 ers). Mais je dois me tromper, c’est toi le boss. D’ailleurs je ne sais pas dans quel stade jouent les Raiders à Oackland, à l’epoque à LA.
    A plus

  5. Jm dit :

    Et oui les grecs c’est les seuls qui peuvent te faire trembler même si tu regardes le match a la télé

  6. @Chris: tu ne te trompes pas puisque le McAfee Coliseum sert aux A’s et aux Raiders J’ai eu le plaisir de shooter dans ce stade lors des rencontres de ces deux équipes.
    @ Stéphane: merci. L’ambiance des salles NBA est souvent vraiment sympa, juste parfois un peu trop pépère dans certaines villes.

  7. Benny Da B' dit :

    1) C’est quoi ce titre ? (A part un bon vieux et gros anglicano-américanisme 😉

    2) Sur les mérites comparée du bourrin et aviné (voir d’extrême droite) supporter de foot versus les autres sports, je ne suis pas sur que ce soit lié au sport en lui même (le foot) mais plutôt à son statut de sport « mondial » et populaire. Et à bien y regarder, c’est peut être là qu’est une des clé de lecture. En effet, on nous dit que l’Angleterre aurait « vaincu » son problème de Hooliganisme. Comment ? En mettant à 200 €, au minimum le prix des billets pour la premiere league, décourageant de fait, les supporters « ultras ».

    Le sport en général, en Europe, est né et a grandi dans un environement très guerrier et nationaliste. C’est un fait qu’il est difficile d’ignorer. Le sport c’est la guerre ! C’est même quasiment l’essence des Jeux Olympiques que de proposer aux cités Athéniennes une alternative un peu moins définitive pour « se la mettre » comme on dit.

    En ce sens, qu’on le veuille ou pas, le sport « chez nous » est le fruit d’un long processus historique, assez « violent » ou en tout cas, fait d’opposition marquée.

    Après, vient le fait, que le sport le plus populaire (au sens classe populaire) qu’est le football, agrège derrière lui les classes laborieuses (donc dangereuses dirait Braudel :))On peut le regrette certes. Mais on ne peut faire l’économie de ces facteurs.

    Ce constat m’amène une question : Les sports professionels majeurs aux USA sont ils encore des sports populaires ? (pas au sens de la popularité, mais de l’accès des plus pauvres au stade?) A combien est le ticket le moins cher en NFL, NBA, ou autres ?

    3) Les invectives . . dans d’autres sports que le foot et en Europe, ca existe quand même :) Bien sur, dans une autre langue que la sienne, ca choque moins 😉 Mais dans les faits, en basket, foot, ou autres, ca poukave pas mal, dirons nous, dans toute l’europe du sud / sud-est :)

  8. 1) c’est un clin d’oeil à la Red Sox nation, à la Raiders nation, donc oui un anglicano-américanisme pourri je le reconnais 😉 T’étais pas obligé de le releve ! :-)

    2) à part la NBA qui est peu populaire en termes de tarifs, quoique les places à moins de 20 dollars sont légions dans les salles, la MLB, la NFL sont plutôt vraiment accessibles, et le public plutôt populaire. On prend souvent l’exemple de la premier league mais y’a vraiment plus de places moins chères dans leurs stades ? Car ça m’étonnerait que des amateurs qui ont de l’argent acceptent de payer chers pour se retrouver en haut des stades tout de même 😉 Au stade de France, t’as des places à 10-15 euros tout en haut.

    3) oui bien entendu, mais des sports à l’audience populaire dans lesquels tu entends infiniment moins d’invectives vulgaires que dans le foot, j’en ai fait un paquet. Dans les salles (plutôt minables) de basket, de hand, de volley, les salles de boxes, les terrains de rugby, les stades d’athlétisme, etc tu n’entends pas le 10e de ce que tu entends dans un stade de foot.

    Dans l’ensemble ton propos est juste, le foot est probablement le seul sport, du moins le premier, mondial et populaire, et de fait un peu à part. Et je te rejoins pleinement lorsque tu rappelles que le sport c’est la guerre. Je ne fais pas d’angélisme non plus :-)

  9. Benny Da B' dit :

    Moi j’dis, si on peut même plus beugler « A mort l’arbitre » pour rien . . . Mais alors, ou va notre monde ? :)

  10. Coach sportif dit :

    Ne pas généraliser c’est certains, cela dit la médiatisation des supporters est à 90% au profit des mauvais :)

Laisser un commentaire