L’avenir des Bulls

Derrick Rose and Joakim Noah

19 December 2009: Chicago Bulls center Joakim Noah celebrates with Chicago Bulls guard Derrick Rose at the end of the Chicago Bulls 101-98 victory in overtime over the Atlanta Hawks at the United Center, in Chicago, Illinois, USA. © Chris Elise

A quelques heures de la deadline pour les échanges de joueurs en NBA, sauf surprise de dernière minute, aucun joueur majeur ne va rejoindre les Chicago Bulls. Pas de Tracy McGrady ni d’Amare Stoudemire (personne ne l’attendait à Chicago à vrai dire) pour renforcer les Bulls. Et tant mieux ! Je pousse un soupir de soulagement à l’idée d’avoir échappé à un T-Mac, régulièrement blessé, grand spécialiste des sorties au premier tour des playoffs. Le porte-poisse par excellence ! McGrady va rejoindre une équipe de loosers, les Knicks. Qui se ressemble…

En outre le front office des Bulls a enfin bien joué son coup sur ce marché des transferts. En envoyant John Salmons aux Milwaukee Bucks en échange de Hakim Warrick et Joe Alexander, les Bulls se sont délestés des 5,8 millions de dollars de son contrat. Et de statistiques en berne. Après avoir enregistré une saison 2008-2009 à 18,3 points de moyenne, 47,2% de réussite aux tirs, et 41,7% à trois points, John Salmons tourne désormais à 12,7 points, 42% de réussite aux tirs et à 38% à trois points. Le bonhomme n’était plus du tout une menace périmétrique, ne dégageant pas d’espace pour les pénétrations de Derrick Rose. Salmons n’a définitivement pas su faire oublier Ben Gordon, parti chez Detroit dans l’intersaison.

Le cas de Tyrus Thomas – envoyé aux Charlotte Bobcats, contre Flip Murray, Acie Law – et le choix d’un premier tour de draft, laisse plus de regrets que le départ de Salmons. L’Amare Stoudemire du pauvre n’a jamais été au niveau de son formidable potentiel athlétique. Peu d’intelligence de jeu, une attitude douteuse dans ses relations au coach (qu’il a copieusement insulté récemment), une faible progression, en a fait un espoir gâché. Il sera vite oublié à Chicago, d’autant plus si un gros free agent rejoint la franchise à la fin de la saison.

Derrick Rose

19 December 2009: Chicago Bulls guard Derrick Rose dribbles during the Chicago Bulls 101-98 victory in overtime over the Atlanta Hawks at the United Center, in Chicago, Illinois, USA. © Chris Elise

Car toutes les tractations en cours n’ont quasiment que ce seul objectif: libérer un maximum de masse salariale pour s’offrir les services de Lebron James, Dwayne Wade ou encore Chris Bosh. A ce petit jeu, les Knicks se sont bien positionnés et rêvent de Lebron associé à T-Mac, mais je pressens que NYC va se prendre un vent cet été ! Si je devais parier, ma mise irait sur… Chicago. Lebron James ne peut que considérer avec sérieux toute offre qui l’associerait à Derrick Rose et Joakim Noah. Il rejoindrait un  meneur très talentueux, explosif, une menace offensive sérieux, et un pivot abonné au double-double qui peut très sérieusement devenir l’un des meilleurs pivots de cette ligue.

Bon, ok je m’emballe et j’ai dû me pincer en écrivant cette projection, mais il s’avère qu’après avoir shooté Noah depuis son arrivée en NBA, cette saison me permet enfin de me prendre à rêver. Entre sa saison rookie et sa seconde saison, je n’ai vu aucun progrès de sa part: une insolence de jeu bien souvent vite corrigée par son vis à vis, une incapacité à  prendre efficacement la position préférentielle en attaque ou au rebond, un shoot catastrophique, et une palette offensive médiocre. Mettre tout mon espoir sur son énergie et son envie… mouais… Mais sur la lancée de la plus formidable série en playoffs des Bulls depuis Jordan  (celle contre les Celtics) la saison passée, Joakim Noah a passé un niveau. Il est vrai que la maturité des pivots est toujours plus lente à venir, et j’avais certainement négligé cet aspect dans sa progression.

Malgré les difficultés de l’équipe en début de saison, et après avoir shooté un match des Bulls perdu après avoir mené de 35 points (WTF !?), il m’est apparu en décembre dernier que Rose et Noah étaient l’avenir des Chicago Bulls. Ajoutez la défense rugueuse de Kirk Hinrich (à l’heure où j’écris ces lignes il n’est toujours pas transféré), le talent d’un Luol Deng (toujours un peu soft et décevant parfois, j’en conviens), et dites moi que Lebron n’aurait pas les moyens de gagner un titre !  Quelles pièces se mettraient en place aux Knicks pour lui donner une meilleure opportunité ?! Lebron à Miami me parait tout autant improbable, l’association de deux joueurs – James et Wade – qui ont tant besoin d’avoir la balle en main étant périlleuse sur toute une saison. Chicago me parait être une destination de choix pour les ambitions de James. La seule ombre, de taille, est celle de Michael Jordan qui plane sur la ville, l’équipe, et le United Center.

Début des années 2000, le souvenir encore récent des 6 titres des Bulls sous l’ère Jordan avait largement contribué à faire fuir les free agent potentiels. Une décennie plus tard, on peut espérer que la 3e franchise la plus titrée de l’histoire de la NBA soit devenue attirante. Et si Lebron souhaite laisser une trace à la mesure de l’empreinte laissée par Jordan, existe t-il un meilleur endroit que les Chicago Bulls ? En annonçant en début de saison qu’il souhaitait abandonner le numéro 23 (pour le 6), militant pour qu’aucun autre joueur en NBA ne porte plus jamais ce numéro, Lebron m’avait déjà fait tiquer… Se laissait-il une porte ouverte pour le cas où ? Bonne pioche Lebron : le numéro 6 n’a jamais été retiré par les Bulls, et n’a jamais été porté par un joueur majeur de cette équipe.

Michael Jordan, 2006. © Chris Elise

Partager

7 Responses to “L’avenir des Bulls”

  1. Une bonne analyse des transferts sur BasketSession.com:
    http://basketsession.com/team-by-team-le-point-sur-tous-les-trades/

    Avec un avis définitif sur la signature de Lebron aux Bulls.

  2. Jele dit :

    Et si Cleveland gagne le titre cette année ? As-t-on déjà vu une star du calibre de Lebron changer de club l’année suivant son premier titre ?
    Si les cavs ne vont pas au bout, c’est clair, il partira.
    Perso je préfère voir Wade aux Bulls, et Lebron à NY (avec un autre joueur talenteux … et jeune), ça nous réserverait de sacrées confrontations !

  3. J’ai parié 100 dollars que les Cavs ne gagneront pas ce titre cette année 😉 Mais il est certain que cela changerait la donne !
    Je doute de l’intérêt d’une paire Wade-Rose, je pense qu’il faut mieux associer Lebron à Rose.

  4. Greg dit :

    Mouais…. James a Chicago je suis pas convaincu et ça ne me fait pas franchement saliver, en plus je le vois mal aller chez l’ennemi juré de Cleveland, son image serait écorné….Wade je ne le trouve pas assez motivé pour gagner d’autre titres. Bosh serait pas mal mais ce qui manque a mon sens à Chicago, c’est un ailier/arrière scoreur. Je ne sais pas ce que mijote les Bulls et je croise les doigts…

  5. Pas convaincu dans quel sens Greg ? Que ce soit envisageable, ou que ça fonctionne ? Dans ce second cas, je n’aime pas particulièrement ce joueur, mais difficile de dire qu’il n’aura pas un impact très important sur toute équipe qu’il rejoindra. Et entouré par le roster actuel des Bulls, le résultat serait détonnant…

    J’ai presque hâte d’être en juillet-août ! :-)

  6. […] suis déçu. Dès février dernier, j’envisageais sérieusement l’hypothèse d’un Lebron James aux Chicago Bulls, faisant de cette équipe un prétendant immédiat au titre. Finalement c’est Miami qui a […]

  7. […] Heat. Et je suis déçu. Dès février dernier, j’envisageais sérieusement l’hypothèse d’unLebron James aux Chicago Bulls, faisant de cette équipe un prétendant immédiat au titre. Finalement c’est Miami qui a […]

Laisser un commentaire