2012, The Last Season (?) – part I

LeBron James, Miami Heat

21 January 2012: Miami Heat small forward LeBron James (6) is seen during the Miami Heat 113-92 victory over the Philadelphia Sixers at the AmericanAirlines Arena, Miami, Florida, USA. © Chris Elise

Depuis janvier 2010, et ma rétrospective en mots et images d’une année sur la route, je n’avais plus sacrifié au rituel de ce coup d’œil dans le rétro de début d’année. 2009 avait été une année charnière de ma courte carrière, qui m’avait vu parcourir le monde pour couvrir de nombreux événements majeurs. Ce tournant de ma vie de photographe professionnel freelance valait le coup d’œil (sans jeu de mots).

A plus d’un titre 2012 s’est avérée aussi riche, et mouvementée, voire périlleuse. Et si le titre de ce post est un clin d’œil au livre du coach de NBA Phil Jackson sur sa saison 2003-2004 avec les Los Angeles Lakers, c’est bien parce que l’issue est aussi incertaine, et que chaque saison pourrait bien être, pour moi, la dernière. De la précarité du métier de freelance…

Allez, c’est parti, suivez moi pour une saison 2012, fortement marquée par le rythme de la NBA, des points, des rebonds, des passes décisives, des contres, des interceptions, des buts, des hits, des salles de presse, des salles de photographes, des voleurs, des flashs, des rencontres, des athlètes, du baseball, des déclenchements, de l’editing, des miles, des avions, du soleil, du froid, de la pluie, du rhum, des rires, de la sueur et des larmes !

Here we go again

La reprise de la saison NBA en décembre 2011, après des mois de lockout, donnait le ton du début de l’année 2012. Et après quelques matchs de football du Losc, dès la mi-janvier, je décolle pour Miami pour couvrir 15 jours le Heat et la NBA. Je ne le sais pas encore, mais LeBron James va etre le fil conducteur des 8 premiers mois de cette année. Le premier match que je couvre, contre les San Antonio Spurs, donne le ton: le Heat inflige un 39-12 aux Spurs dans le 3e quart-temps pour rattraper son retard (menés 63-49 à la pause) et l’emporte 120-98. LeBron James totalise 33 points, 10 passes décisives et 5 rebonds. Chris Bosh montre que ses états d’âmes de la première saison des Tres Amigos sont derrière lui en compilant 30 points, 8 rebonds, 5 passes décisives et 4 interceptions.

Nous sommes le 17 janvier, et il est près de minuit lorsque je quitte l’AmericanAirlinesArena, il fait 23° celsius… une douce chaleur tombe sur mes épaules, je souris d’aise de laisser la climatisation de la salle, et rentre à pied à mon hôtel… le décalage horaire s’estompe très vite. Quelques promenades à pied et en vélo dans South Beach, quelques pollo asado savourés dans mon restaurant cubain préféré, et deux jours plus tard retour au boulot pour la visite d’un autre poids lourd de la conférence Ouest, les Los Angeles Lakers. Malgré la tentative de retour des Angelinos (31-21) dans le dernier quart-temps, le Heat s’impose de nouveau derrière un LeBron James grippé qui affiche néanmoins des stats de MVP: 31 points, 8 rebonds, 8 passes décisives, 4 interceptions et 3 contres.

Durant ce séjour, le Heat ne perd qu’un seul match, contre les Milwaukee Bucks. Le 27 janvier, les New York Knicks et leur cirque médiatique débarquent à Miami. Ce n’est pas encore la Linsanity. Jeremy Lin ne jouera d’ailleurs même pas dans ce match. Mais comme souvent avec les Knicks, je ne peux faire mon travail, n’ayant pas de place sur le parquet pour shooter, les nombreux médias New-Yorkais accaparant toutes les places disponibles. Satisfaction personnelle: les Knicks perdent ce match. Oui, c’est ainsi, je déteste les Knicks. Always Have, Always Will. (Go Bulls !)

ESPN The Magazine: ONE DAY ONE GAME

24 hours behind the scenes with LeBron, D-Rose and the biggest, baddest showdown in the NBA. Issue: April, 16h, 2012.

One Day, One Game

Le dernier match de ce premier déplacement aux USA m’offre le plaisir de shooter l’équipe de mon cœur, les Chicago Bulls. Ce jour là, toutes les équipes d’ESPN The Magazine sont sur le pont pour la préparation d’un numéro spécial consacré à ce match, qui sortira en avril – « One Day, One Game » – que le magazine présente comme « a panoramic view of the game we’re willing to bet was a preview of the 2012 Eastern Conference Finals« … Pari perdu, mais nous y reviendrons…

C’est l’occasion pour moi d’observer et d’apprendre de la machinerie ESPN: un studio photo est installé au cœur de l’AmericanAirlinesArena, près de la salle des photographes, afin de tirer le portrait de fans du Heat et de personnels de la franchise, de nombreux photographes travaillant pour le magazine sont présents partout dans et autour de la salle, dans les travées, les tribunes comme au bord du parquet. Anecdotique, mais pour la première fois, je vois un cameraman travailler avec une GoPro fixée au bout d’une perche afin de faire des prises de vues atypiques.

L’ambiance est électrique. Comme toujours, les joueurs débitent leur sempiternel « c’est un match comme les autres » mais clairement cela ne l’est pas. Les Bulls se sont faits éliminer des playoffs 2011 par le Heat, et ces deux équipes savent qu’elles se retrouveront en playoffs et que la route vers le titre passe par l’élimination de cet adversaire. Le premier match des Bulls du premier tour des playoffs 2012, et la blessure de Derrick Rose, en décideront autrement, mais ce 29 janvier, l’histoire n’est pas encore écrite.

Le match est intense, serré, et spectaculaire. LeBron James et Derrick Rose mènent respectivement leur équipe. Le premier totalise 35 points, 11 rebonds, 5 passes décisives, 1 contre. Derrick Rose affiche 34 points, 6 rebonds, 6 passes décisives, 1 interception, 1 contre. Le match débute toutefois assez mal pour les Bulls, privé de Luol Deng blessé au poignet, qui encaissent un 16-7 dans les 7 premières minutes. LeBron est en mode showtime et réalise 3 puissants dunks, dont le dernier le voit sauter par dessus un John Lucas ridiculisé. Je n’aurai pas ce dernier dunk, faute d’une ligne de vue dégagée, mais je shoote les deux autres.

Le Heat domine d’une courte tête les deux premiers quart-temps, les deux équipes se partageant le 3e quart-temps. A 22,7 secondes de la fin du match, les Bulls sont menés d’un point. Derrick Rose se retrouve sur la ligne des lancers-francs, depuis laquelle il réalise un parfait 29 sur 29 dans les 4e quart-temps depuis le début de la saison. Il rate le premier lancer-franc. Puis le second. A 3,7 secondes de la sonnerie finale il rate le tir de l’égalisation. Le Heat l’emporte 97-93. Les Bulls n’ont jamais mené ce match. « I let my team down » déclare, après le match, un Derrick Rose toujours aussi sévère avec lui-même. Le peu de rendement du reste de l’équipe – 11 points pour Richard Hamilton, 11 points et 10 rebonds pour Joakim Noah, 10 points pour Carlos Boozer et Ronnie Brewer – explique aussi les inquiétudes que je confiais sur les Bulls dans un post le 9 avril 2012.

NBA: JAN 19 Lakers at Heat

19 January 2012: Miami Heat dancers perform during the Miami Heat 98-87 victory over the Los Angeles Lakers at the AmericanAirlines Arena, Miami, Florida, USA. © Chris Elise

 

22 January 2012: Milwaukee Bucks players stand during the national anthem prior to the Milwaukee Bucks 91-82 victory over the Miami Heat at the AmericanAirlines Arena, Miami, Florida, USA. © Chris Elise

22 January 2012: Milwaukee Bucks players stand during the national anthem prior to the Milwaukee Bucks 91-82 victory over the Miami Heat at the AmericanAirlines Arena, Miami, Florida, USA. © Chris Elise

 

29 January 2012: Miami Heat small forward LeBron James (6) blocks Chicago Bulls point guard Derrick Rose (1) during the Miami Heat 97-93 victory over the Chicago Bulls at the AmericanAirlines Arena, Miami, Florida, USA.

29 January 2012: Miami Heat small forward LeBron James (6) blocks Chicago Bulls point guard Derrick Rose (1) during the Miami Heat 97-93 victory over the Chicago Bulls at the AmericanAirlines Arena, Miami, Florida, USA. © Chris Elise

Retour en France début février pour couvrir des matchs de Ligue 1, du Losc particulièrement, une équipe très plaisante à shooter. Je découvre courant du mois, au courrier, un exemplaire du magazine Inked, version française, pour lequel j’ai réalisé un article et les photographies du jeune joueur français de baseball Maxime Lefevre. Le shooting avait eu lieu en janvier avant mon départ aux USA. Toutes les photos du shooting, et l’histoire détaillée de Max sont disponibles dans ce post.

4 January 2012: NCAA Division I baseball french player Maxime Lefevre, from the University of Arkansas of Little Rock, poses for a portrait, wearing a cap from Cochise College, in Lille, France. © Chris Elise

4 January 2012: NCAA Division I baseball french player Maxime Lefevre, from the University of Arkansas of Little Rock, poses for a portrait, wearing a cap from Cochise College, in Lille, France. © Chris Elise

Entre des matchs de football et des portraits corporate, je me rends plusieurs fois en Belgique pour réaliser des photographies pour la communication d’un atelier, spécialiste dans la construction, la fabrication et l’assemblage de machines spéciales pour l’Industrie. Une opportunité intéressante de découvrir un univers professionnel qui m’était inconnu, d’échanger avec ces hommes aux compétences manuelles techniques tout aussi intéressé par mon métier que je le suis par le leur.

Atelier industriel

Atelier industriel. © Chris Elise

Enchainer après la douceur de Miami au mois de janvier, les plages de South Beach, avec le froid gris et terne du mois de février en France et Belgique, finit nécessairement par me donner des envies de faire mon sac et prendre l’avion. Direction fin février pour… Boston (coté températures on fait mieux), et le TD Garden, salle des Boston Celtics, que je n’avais pas shooté à domicile depuis plusieurs années. Le fan des Bulls que je suis, toujours heureux de shooter au United Center à Chicago, doit reconnaitre que l’ambiance du TD Garden est un pouce plus dingue. Entre l’organisation, très professionnelle et accueillante, les fans survoltés, et la présence sur le terrain de Paul Pierce, Kevin Garnett, Ray Allen et Rajon Rondo, le plaisir de bosser est au rendez-vous. De plus, je retrouve Mickael Pietrus, que je suis depuis qu’il jouait aux Golden State Warriors, un joueur et un bonhomme de cœur, authentique, que j’apprécie beaucoup.

Problème: alors que je me présente au TD Garden pour le premier match de mon séjour, le soir de mon arrivée, contre les Milwaukee Bucks, aucune trace de mon accréditation. Un couac dans le circuit médias de la NBA a fait que la demande n’est jamais parvenue aux Celtics. Quelques échanges de textos plus tard, une accréditation Print m’est toutefois accordée sur le champ: elle me permet de suivre le match comme un journaliste écrit, mais sans spot pour le shooter… Inutile, mais je fais avec et tache de savourer l’opportunité de regarder un match à quelques rangées du parquet.

04 March 2012: Boston Celtics point guard Rajon Rondo (9) defends on New York Knicks point guard Jeremy Lin (17) during the Boston Celtics 115-111 (OT) victory over the New York Knicks at the TD Garden, Boston, Massachusetts, USA.

04 March 2012: Boston Celtics point guard Rajon Rondo (9) defends on New York Knicks point guard Jeremy Lin (17) during the Boston Celtics 115-111 (OT) victory over the New York Knicks at the TD Garden, Boston, Massachusetts, USA. © Chris Elise

Linsanity vs Rondomania

Le premier match que je couvre enfin voit les Celtics recevoir les Knicks. Fort heureusement, et grâce à l’aide du photographe officiel des Boston Celtics (et des Boston Bruins), Brian Babineau, j’ai une place au bord du parquet. Depuis le mois de janvier, la Linsanity a touché la NBA, un phénomène lié à l’éclosion de ce meneur de talent, passé sous le radar jusqu’en 2012, et à l’effervescence délirante des médias américains autour de tout ce qui touche à New-York City…  J’avais shooté Jeremy Lin en 2010 alors qu’il évoluait aux Golden State Warriors, dans un match face aux Chicago Bulls. Il avait compilé 0 points (0/2 aux tirs), 1 interception, 1 passe décisive et une perte de balle, pour 9 minutes de temps de jeu. Rien de bien glorieux.

Le retour de l’étudiant d’Harvard à Beantown est gâché par la victoire des Celtics, 115-111 après prolongation. Jeremy Lin fait pale figure avec ses 14 points, 5 passes décisives, 4 rebonds, une interception, et 6 pertes de balles en 32 minutes de temps de jeu. Rajon Rondo se fait un plaisir de relever le challenge sur son terrain. Sa ligne de statistiques est époustouflante: 18 points, 20 passes décisives, 17 rebonds (record en carrière), 1 interception, 1 contre. Paul Pierce ajoute 34 points, Kevin Garnett 18 points et 10 rebonds. Amare Stoudemire se défend avec 16 points, 13 rebonds, 1 passe décisive, 2 contres. Carmelo Anthony termine avec 25 points, 7 rebonds, 2 passes décisives.

Je sors de ce match en savourant ma chance, amateur de basketball comblé, de pouvoir assister aux joutes, en témoigner et les immortaliser, de futurs Hall of Famers, de photographier des matchs et performances historiques. D’autant plus que coté matériel, je travaille désormais avec deux Canon 1D Mark IV qui me donnent toute satisfaction et me permettent chaque jour d’oublier un peu plus les mois désastreux passés à shooter avec un 1D Mark III.

L’expérience accumulée ces dernières années, combinée à des séjours de plus en plus longs aux USA,  portent leurs fruits en NBA cette saison. Ma production s’en ressent. Je me soucie moins des défaillances d’autofocus de mes boitiers, et peut me concentrer sur le jeu, sur le travail. De plus la montée en ISO de ce boitier pro de Canon atteint un nouveau palier. Ce qui m’autorise à conserver des vitesses relativement élevées pour une salle (1/800e), avec un bruit numérique tout à fait respectable. En termes sportifs comme professionnels, cette courte saison NBA (du fait du lockout) est la plus aboutie de ma carrière. Elle s’avère chaque mois être aussi celle que je couvre le plus.

06 March 2012: Boston Celtics small forward Paul Pierce (34) goes for the layup against Houston Rockets center Samuel Dalembert (21) during the Boston Celtics 97-92 (OT) victory over the Houston Rockets at the TD Garden, Boston, Massachusetts, USA. © Chris Elise

06 March 2012: Boston Celtics small forward Paul Pierce (34) goes for the layup against Houston Rockets center Samuel Dalembert (21) during the Boston Celtics 97-92 (OT) victory over the Houston Rockets at the TD Garden, Boston, Massachusetts, USA. © Chris Elise

 

04 March 2012: New York Knicks guard Iman Shumpert (21) is seen taking a jumpshot from between the legs of a referee during the Boston Celtics 115-111 (OT) victory over the New York Knicks at the TD Garden, Boston, Massachusetts, USA. © Chris Elise

04 March 2012: New York Knicks guard Iman Shumpert (21) is seen taking a jumpshot from between the legs of a referee during the Boston Celtics 115-111 (OT) victory over the New York Knicks at the TD Garden, Boston, Massachusetts, USA. © Chris Elise

 

06 March 2012: Boston Celtics power forward Kevin Garnett (5) is seen during the Boston Celtics 97-92 (OT) victory over the Houston Rockets at the TD Garden, Boston, Massachusetts, USA. © Chris Elise

06 March 2012: Boston Celtics power forward Kevin Garnett (5) is seen during the Boston Celtics 97-92 (OT) victory over the Houston Rockets at the TD Garden, Boston, Massachusetts, USA. © Chris Elise

 

4 March 2012: Boston Celtics point guard Rajon Rondo, 18 Pts, 17 Reb, 20 Ast, 1 Stl, 1 Blk. © Chris Elise

4 March 2012: Boston Celtics point guard Rajon Rondo, 18 Pts, 17 Reb, 20 Ast, 1 Stl, 1 Blk. © Chris Elise

Dans la foulée de leur belle victoire face aux Knicks, les C’s enchainent avec deux victoires à domicile contre les Houston Rockets et les Portland Trail Blazers. Je retrouve Nicolas Batum, toujours aussi simple, chaleureux, sympathique. Et je fais le plein d’actions, d’attitudes, de portraits en jeu des joueurs. Le tout dans une ambiance assez frénétique. Peu de salles consacrent autant de vidéos du jumbotron à leurs fans comme le fait le TD Garden. Et ces derniers s’en donnent à cœur joie pour danser, s’époumoner, montrer leurs couleurs.

Des matchs, beaucoup d’editing, beaucoup d’autres rencontres visionnées à la télévision pour rattraper le retard et le manque de basket fin 2011 suite au lockout, font que je passe très peu de temps à découvrir Boston. C’est une constante de ce boulot de freelance que je relevais déjà en 2009: beaucoup de voyages, beaucoup de miles parcourus, de pays et villes traversés, mais peu de visites touristiques. Tout au plus de nombreux bars dans lesquels je suis les rencontres NBA, MLB et NFL lorsque je ne travaille pas (et quelques bières, rhums et whiskys…)

12 March 2012: Chicago Bulls point guard Derrick Rose (1) takes a jumpshot over New York Knicks point guard Jeremy Lin (17) during the first half of New York Knicks vs Chicago Bulls, at the United Center, Chicago, Illinois, USA. © Chris Elise

12 March 2012: Chicago Bulls point guard Derrick Rose (1) takes a jumpshot over New York Knicks point guard Jeremy Lin (17). © Chris Elise

Sweet home Chicago

Si les cheerleaders locales, les Celtics Dancers me feraient presque (le presque a toute son importance) oublier les Chicago Luvabulls, il me tarde tout de même de voir de nouveau Derrick Rose en action. Avec un seul match de Chicago au compteur cette saison, je suis en manque ! Il est plus que temps de prendre l’avion, direction ChiTown, pour une série de 7 matchs des Bulls. Au programme: Utah Jazz, New-York Knicks, Miami Heat, Portland Trail Blazers, Philadelphia Sixers, Toronto Raptors et Detroit Pistons. Avec en prime, une température exceptionnellement douce pour cette periode de l’année, qui m’autorisera de longues promenades pour aller éditer au calme dans les coffee shops et bars de cette si belle ville. Je recommande particulièrement le Filter Cafe.

Cette courte saison est compliquée pour les Bulls, les joueurs faisant des allers-retours fréquents à l’infirmerie. C’est à cette époque que je commence à craindre que l’intensité défensive demandée par le coach Tom Thibodeau ne soit pas sans conséquence sur la santé de ses joueurs. Pour mon premier match de ce trip, les Bulls doivent se passer de Luol Deng, Joakim Noah, Richard Hamilton, et C.J. Watson, les 3 premiers étant dans le 5 majeur habituellement. Derrière un très bon Kyle Korver (26 points, 7 rebonds, 6 passes décisives, 1 contre, 1 interception), les Bulls l’emporte 111 à 97. Derrick Rose ajoute 24 points et 13 passes décisives, Carlos Boozer complète avec 27 points.

Deux jours plus tard, les Knicks sont en ville, et sur une série de 5 défaites de suite. Luol Deng et Richard Hamilton sont toujours blessés. Mais après Rajon Rondo à Boston, c’est au tour de Derrick Rose de vouloir se mesurer à Jeremy Lin, et ainsi faire dérailler les Knicks qui pour l’heure n’ont brillé que lorsque la Linsanity tournait à plein regime. Lin gêne bien Derrick Rose en défense sur quelques actions, dont l’une – un contre arrière sur un layup de Rose – qui se traduira après coup par une blessure pour le meneur de Chicago. Mais sur l’ensemble du match, Derrick Rose domine et termine avec 32 points, 6 rebonds, 7 passes décisives. Jeremy Lin se contente de 15 points et 8 passes décisives, avec un modeste 4/11 aux tirs. Les Bulls infligent la 6e défaite d’affilée aux Knicks 104-99. Je jubile !

Le plaisir ne retombe pas lorsque les Bulls battent dans la foulée le Miami Heat, malgré l’absence de Derrick Rose, blessé, 106 à 102. John Lucas lave un peu l’affront qui lui avait été fait à Miami lorsque LeBron James lui avait dunké dessus, en menant à la victoire les Bulls avec 24 points, ceci en dépit des 36 et 35 points de Dwyane Wade et LeBron James. Les Bulls s’inclinent toutefois contre les Trail Blazers emmenés par un très bon Nicolas Batum (15 points, 9 rebonds, 3 passes décisives, 2 interceptions), avant de s’imposer successivement contre les Sixers, les Raptors et les Pistons. Nous profitons avec Batum que son équipe ne parte de Chicago le lendemain pour diner ensemble. Chicago, un bar sympa, et la bonne compagnie d’un compatriote, futur all-star: I love my life !

10 March 2012: Chicago Bulls point guard Derrick Rose (1) goes for the layup during the Chicago Bulls 111-97 victory over the Utah Jazz at the United Center, Chicago, Illinois, USA. © Chris Elise

10 March 2012: Chicago Bulls point guard Derrick Rose (1) goes for the layup during the Chicago Bulls 111-97 victory over the Utah Jazz at the United Center, Chicago, Illinois, USA. © Chris Elise

30 March 2012:  Benny Da Bull waives a flag prior to the Chicago Bulls 83-71 victory over the Detroit Pistons at the United Center, Chicago, Illinois, USA. © Chris Elise

30 March 2012: Benny Da Bull waives a flag prior to the Chicago Bulls 83-71 victory over the Detroit Pistons at the United Center, Chicago, Illinois, USA. © Chris Elise

 

01 April 2012: Boston Celtics small forward Paul Pierce (34) drives past Miami Heat shooting guard Dwyane Wade (3) during the Boston Celtics 91-72 victory over the Miami Heat at the TD Banknorth Garden, Boston, Massachusetts, USA. © Chris Elise

01 April 2012: Boston Celtics small forward Paul Pierce (34) drives past Miami Heat shooting guard Dwyane Wade (3) during the Boston Celtics 91-72 victory over the Miami Heat at the TD Banknorth Garden, Boston, Massachusetts, USA. © Chris Elise

 

01 April 2012: Boston Celtics power forward Kevin Garnett (5) is seen on defense during the Boston Celtics 91-72 victory over the Miami Heat at the TD Banknorth Garden, Boston, Massachusetts, USA. © Chris Elise

01 April 2012: Boston Celtics power forward Kevin Garnett (5) is seen on defense during the Boston Celtics 91-72 victory over the Miami Heat at the TD Banknorth Garden, Boston, Massachusetts, USA. © Chris Elise

Vivement les playoffs…ou pas

19 March 2012: Boris Rothermundt and Quentin Becquey watch Jonathan Mottay pitch, at College of DuPage, Illinois, USA. © Chris Elise

19 March 2012: Boris Rothermundt and Quentin Becquey watch Jonathan Mottay pitch, at College of DuPage, Illinois, USA. © Chris Elise

Sympathique coïncidence, pendant mon séjour à Chicago, Boris Rothermundt, responsable du Pôle France Baseball de Toulouse, est dans la région. Il accompagne 2 jeunes joueurs français – Jonathan Mottay et Théo Lakmeche – venus faire des essais auprès d’Universités américaines. Nous nous retrouvons au College of DuPage, dans lequel étudie et joue Quentin Becquey. J’en profite pour shooter un tryout des deux jeunes.

Ce trip à Chicago s’achève par un bilan positif de victoires/défaites des Bulls, sur une série de 3 victoires. Je retourne à Boston alors que les Bulls partent en road trip, pour shooter un prometteur Miami Heat vs Boston Celtics. Nous sommes le 1er avril, et je suis depuis plus d’un mois aux USA. Au total, sur ce premier trimestre, j’ai passé plus de la moitié de mon temps entre Miami, Chicago, Boston pour shooter de la NBA. Après la crainte d’une saison annulée, et de la situation périlleuse dans laquelle cela m’aurait mis, je ne ressens pas de lassitude. Cette saison courte et dense laisse entrevoir beaucoup de scénarios. Les playoffs promettent d’être excitants.

Le Celtics-Heat qui me reste à shooter avant un retour en France, pourrait ainsi préfigurer une finale de conference. Rajon Rondo le sait, et une fois de plus, sous le feu des projecteurs, avec un match diffusé nationalement, le meneur des Celtics veut briller. Résultat: son 5e triple double de la saison, son 13e match d’affilée à plus de 10 passes décisives: 16 points, 11 rebonds, 14 passes décisives, et à la clé une victoire 91 à 72, après avoir infligé un 31-12 au Heat dans le 3e quart-temps. Je repars des USA en pensant que les Bulls, aux joueurs trop souvent blessés, et toujours trop dépendants de Derrick Rose, ne seront pas l’obstacle majeur de LeBron James et du Heat vers les Finals, mais que les C’s sont bel et bien l’équipe à battre à l’Est.

Retour en France début avril, avec en ligne de mire de revenir shooter les playoffs à Boston. Dès mon retour, pas le temps de souffler ou prendre des vacances, j’enchaine des séries de portraits pour divers clients les 10 premiers jours. En outre, suite à mon travail dans l’atelier industriel en Belgique, le PDG a décidé de me confier le soin de réaliser les portraits de toute l’équipe dirigeante et du cabinet d’étude, soit une dizaine de personnes. Je dois donc retourner en Belgique pour une journée de shooting et m’en réjouis d’avance. Avoir tout un atelier industriel pour réaliser des photos autorise beaucoup de liberté et d’idées.

Arnaud Assoumani. © Chris Elise

Arnaud Assoumani. © Chris Elise

 

Entre mon retour récent des USA, les matchs de football que j’ai recommencé à shooter, les portraits que je réalise tous les 3 jours, je me déplace plusieurs fois – chose très exceptionnelle – avec la quasi totalité de mon matériel photographique – boitiers, objectifs, générateurs studios, autonomes, torches, pieds, boites à lumiere etc. Une imprudence couteuse. Car ce qui devait (probablement) arriver, arriva…

La veille de mon déplacement en Belgique, des voleurs mettent main basse sur la quasi totalité de mes outils de travail. Je perds tous mes boitiers, tous mes objectifs à l’exception de mon 400mm, tous mes générateurs de studio, toutes mes torches, etc… 5 ans d’investissements matériel. Au réveil un matin, je suis au complet chômage technique, sans les indemnités qui vont avec. Les circonstances du vol font qu’aucune assurance ne prend en charge le sinistre. Pire, je me retrouve  à devoir continuer de payer les mensualités d’un de mes boitiers 1D Mark IV qui m’a été volé (je le rembourse encore). Pour le second, il me faudra batailler plus de 4 mois pour que l’assurance du leasing professionnel accepte enfin de cesser les mensualités et de me rembourser les sommes prélevées depuis le vol.

Au passage, j’en profite pour – de nouveau – remercier les dizaines de personnes qui m’ont témoigné leur soutien à cette occasion, par leurs messages, leurs proposition d’une aide quelconque, leurs mots de réconfort. La grande majorité de ces personnes ne connait de moi que mon travail, ne m’avait même jamais rencontré. J’ai un peu plus pris conscience à cette occasion que je fais un boulot vraiment pas tout à fait comme les autres.

15 June 2011: Philadelphia Sixers Jrue Holiday, at Park Hyatt hotel, in Paris, France. © Chris Elise

15 June 2011: Philadelphia Sixers Jrue Holiday, at Park Hyatt hotel, in Paris, France. © Chris Elise

La vie d’un photographe freelance, particulièrement dans le sport, est déjà empreinte d’une précarité certaine. Sans le moindre outil pour exercer, le défi est de taille… Après avoir fort hésité à tenter de poursuivre cette voie, je décide néanmoins d’essayer de continuer de faire ce qui est mon métier depuis 5 ans. D’autant plus que je ne sais vraiment pas faire grand chose d’autre ! Avec l’aide de trois amis – qui m’ont encouragé dans cette voie – je m’équipe de nouveau  au minimum de ce qui m’est nécessaire pour travailler (inutile de compter sur les banques dans mon domaine spécifique…). Me voila endetté de nouveau, comme je ne l’étais plus depuis des années, et bien moins équipé que je ne l’étais… Fort heureusement, quelques shootings de taille me permettent de me replonger immédiatement dans le travail. J’ai le plaisir ainsi de shooter Arnaud Assoumani, athlète, pour l’un de ses sponsors, au cœur de l’INSEP. Une belle rencontre avec l’athlète et l’homme, dont je ne manque pas désormais de suivre attentivement le parcours. Arnaud est depuis fin 2012 à Los Angeles où il s’entraine au Santa Monica Track Club de Joe Douglas, sous la férule de l’entraineur Larry Silva.

Le 10 mai 2012, je suis de nouveau au TD Garden, au bord du parquet pour shooter le game 6 du premier tour des playoffs de la Conférence Est. A temps pour voir les Celtics battre les Atlanta Hawks, 83-80, pour conclure la série 4-2. A titre personnel, ces playoffs n’ont plus la même saveur depuis le premier match de la série des Bulls contre les Philadelphia Sixers, et la blessure de Derrick Rose à 1:22 mn de la fin du match. Deux matchs plus tard Joakim Noah se tordait sévèrement la cheville, et ratait le reste de la série. Avec la perte de ces deux joueurs, les Chicago Bulls, premiers à l’Est, sont éliminés par la 8e équipe de la saison régulière, les Philadelphia Sixers. C’est donc cette équipe qui affronte les Celtics au second tour des playoffs.

12 May 2012: Boston Celtics point guard Rajon Rondo 13 points, 17 assists and 12 rebounds. © Chris Elise

12 May 2012: Boston Celtics point guard Rajon Rondo 13 points, 17 assists and 12 rebounds. © Chris Elise

Simplement content de pouvoir de nouveau travailler après le vol de mon matériel, je suis bien décidé à profiter pleinement de l’opportunité de suivre le parcours des C’s en playoffs. Coté Sixers, je suis curieux de voir ce que va donner Jrue Holiday à ce niveau, face à Rajon Rondo qui ne cesse de m’impressionner. Un peu moins d’un an au auparavant, Jrue avait accompagné Dwight Howard en France pour une tournée Adidas, et j’avais eu l’occasion de faire des portraits individuels des deux joueurs dans leur hôtel à Paris, pour le magazine Reverse. S’en souvenant, il vient me saluer à l’échauffement lorsqu’il m’aperçoit, 2 heures avant le coup d’envoi du game 1. Étonnamment calme et détendu, il surfe sur la confiance gagnée de l’élimination des Bulls au premier tour. Nous discutons de la blessure de Derrick Rose, de leur série contre les Bulls et du challenge qui les attend contre les Celtics, dans leur antre. Ce sont des moments privilégiés dans mon métier, comme journaliste et  fan de basketball.

Après avoir couvert les playoffs 2011 à Chicago, l’année du titre de MVP de Derrick Rose et d’un parcours jusqu’en finales de conference, je pressens que je suis de nouveau au bon endroit au bon moment. Et ce pressentiment ne va pas être démenti par la série contre les Sixers qui va aller au 7e match, au TD Garden ! Les blessures, la fatigue et l’usure du temps sur les corps des « anciens » que sont Paul Pierce et Kevin Garnett, n’entament leur mordant, et rien ne semble avoir plus de prise au moment des playoffs, dans l’antre de cette franchise 17 fois Champions NBA.

Rajon Rondo sort un triple double – 13 points, 17 passes décisives et 12 rebonds – dès le premier match. Garnett ajoute 29 points et 11 rebonds. Les Celtics gagnent 92-91 et mènent 1-0. Le second match est tout aussi fou, et se conclue par la victoire 82-81 des Sixers ! Chacun des deux premiers matchs se finit avec un différentiel d’1 point ! Jrue est le meilleur joueur de son équipe avec 18 points, 2 rebonds, 3 passes décisives, 2 interceptions. En face Kevin Garnett continue de rajeunir en playoffs, avec 15 points, 12 rebonds, 2 passes décisives, 1 interception, 1 contre.

L’ambiance au TD Garden est extraordinaire. Les 18000 fans de Boston poussent leur équipe à chaque instant. J’ai conscience chaque minute de vivre des moments historiques, du privilège de ma situation professionnelle, de la chance que j’ai de couvrir ces matchs, au bord du parquet Et je me fais même le plaisir d’une photo que je souhaitais avoir. Lors de l’introduction des joueurs, je réalise une photo des Celtics regroupés autour de leur Capitaine Paul « The Truth » Pierce, que je couvais depuis plusieurs mois, depuis que j’avais observé ce rituel d’avant match. Pour la réussir, je me faufile une seconde entres les jambes de Kevin Garnett et réalise 3 clichés, profitant du jeu de lumières spécifiques lors de l’introduction des joueurs.

14 May 2012:  Boston Celtics small forward Paul Pierce (34) and his teammates are seen during the players introduction prior to the Philadelphia Sixers 82-81 victory over the Boston Celtics, in Game 2 of the Eastern Conference semifinals playoff series, at the TD Banknorth Garden, Boston, Massachusetts, USA. © Chris Elise

14 May 2012: Boston Celtics small forward Paul Pierce (34) and his teammates are seen during the players introduction prior to the Philadelphia Sixers 82-81 victory over the Boston Celtics, in Game 2 of the Eastern Conference semifinals playoff series, at the TD Banknorth Garden, Boston, Massachusetts, USA. © Chris Elise

 

14 May 2012: Philadelphia Sixers point guard Jrue Holiday (11) celebrates during the Philadelphia Sixers 82-81 victory over the Boston Celtics, in Game 2 of the Eastern Conference semifinals playoff series, at the TD Banknorth Garden, Boston, Massachusetts, USA. © Chris Elise

14 May 2012: Philadelphia Sixers point guard Jrue Holiday (11) celebrates during the Philadelphia Sixers 82-81 victory over the Boston Celtics, in Game 2 of the Eastern Conference semifinals playoff series, at the TD Banknorth Garden, Boston, Massachusetts, USA. © Chris Elise

Les 76ers repartent à Philadelphie en ayant égalisé la série, pour deux matchs à domicile, avec la possibilité de prendre l’avantage sur les C’s. Durant ce temps, j’en profite pour mieux découvrir la ville de Boston, et suit évidemment les playoffs, et la saison MLB, attendant impatiemment le retour de la série au TD Garden. Le game 5 a lieu le 21 mai, la série est à 2-2. Will (copropriétaire des Sixers) et Jada Pinkett Smith, Chris Rock, sont dans la salle pour soutenir les 76ers. A 2-2, ce game 5 est crucial en mettant son vainqueur aux portes de la Finale de Conférence.

Lors de ce match, je réussis une photo (deux en fait) qui me tenait à cœur : immortaliser une « fake-behind-the-back-pass » de Rajon Rondo, un bijou de feinte que ce meneur génial réussit quasi systématiquement (à vrai dire, je ne l’ai jamais vu rater cette feinte !). Sur une séquence de deux photos, je shoote Rondo « dans le trafic », exécutant sa feinte: mouvement, défenseurs en place, regard de Rondo. Une victoire personnelle qui s’ajoute à celle des Celtics qui avec une performance de Brandon Bass (27 points, 6 rebonds, 1 passe décisive, 2 interceptions, 2 contres) l’emportent 101 à 85.

21 May 2012: Boston Celtics point guard Rajon Rondo (9) fakes a behind-the-back pass in traffic during the Boston Celtics 101-85 victory over the Philadelphia Sixer, in Game 5 of the Eastern Conference semifinals playoff series, at the TD Banknorth Garden, Boston, Massachusetts, USA. © Chris Elise

21 May 2012: Boston Celtics point guard Rajon Rondo (9) fakes a behind-the-back pass in traffic during the Boston Celtics 101-85 victory over the Philadelphia Sixer, in Game 5 of the Eastern Conference semifinals playoff series, at the TD Banknorth Garden, Boston, Massachusetts, USA. © Chris Elise

21 May 2012: Boston Celtics point guard Rajon Rondo (9) fakes a behind-the-back pass in traffic during the Boston Celtics 101-85 victory over the Philadelphia Sixer, in Game 5 of the Eastern Conference semifinals playoff series, at the TD Banknorth Garden, Boston, Massachusetts, USA. © Chris Elise

21 May 2012: Boston Celtics point guard Rajon Rondo (9) fakes a behind-the-back pass in traffic during the Boston Celtics 101-85 victory over the Philadelphia Sixer, in Game 5 of the Eastern Conference semifinals playoff series, at the TD Banknorth Garden, Boston, Massachusetts, USA. © Chris Elise

 

26 May 2012: Boston Celtics point guard Rajon Rondo (9). © Chris Elise

26 May 2012: Boston Celtics point guard Rajon Rondo (9). © Chris Elise

Dos au mur, les Philadelphia Sixers réagissent dans le game 6, dans leur salle, le Wells Fargo Center, à Philadelphie. Jrue Holiday montre la voie à ses coéquipiers avec 20 points, 3 rebonds, 6 passes décisives et 2 interceptions. En gagnant 82-75, les Sixers envoie cette série folle – durant laquelle aucune équipe n’a pu gagner 2 matchs consécutifs – au game 7, le 26 mai 2012.

Pincez-moi, je rêve ! Je vais shooter un match décisif, un game 7, du « Championship 4 » (dixit Doug Collins, coach des Sixers, pour parler du Big Three – Pierce, Garnett, Allen – auquel il ajoute Rondo), au TD Garden. Le scenario de ces playoffs 2012 ne pouvait pas être plus excitant. Go Big or Go Home ! Ce qui est d’ailleurs valable pour moi aussi: si les Celtics perdent ce match, il est peu probable que mes clients puissent débloquer le budget nécessaire pour que je poursuive l’aventure des Sixers face au Heat en Finales de Conférence. Je rentrerais donc en France. En revanche, si les Celtics gagnent, je vais avoir le privilège de shooter une série Celtics vs Heat qui me fait saliver d’avance !

Jrue Holiday résumera d’une phrase le match après coup: « He really came through. He put the team on his back. » Lui, c’est Rajon Rondo, qui avec 18 points, 10 rebonds, 10 passes décisives, et 3 interceptions, ajoute un nouveau triple double à ses tablettes, et prend l’ascendant sur son défenseur direct, Jrue, dans le money time, lequel terminera meilleur joueur de son équipe avec 15 points, 3 rebonds, 9 passes décisives, 5 interceptions. Rajon Rondo devient le seul Celtics, avec Larry Bird, à avoir réussi un triple double dans un game 7.

Les Boston Celtics sont vivants et vont affronter en Finales de Conference, le Miami Heat de LeBron James, Dwyane Wade et Chris Bosh, qui vient de battre les Indiana Pacers en 6 matchs.

Sont-ils trop fatigués par cette série en 7 matchs contre les Sixers ? Peuvent-ils contenir l’attaque du Heat en étant privés de Bradley, avec un Pietrus gêné par ses genoux, un Ray Allen par sa cheville ? Apres avoir été bluffé par cette équipe tout au long de la saison et encore plus durant les playoffs, je n’ai plus de réponse et ne jurerai de rien. Les deux premiers matchs étant à Miami, j’attends juste avec impatience le premier match à Boston, le 1er juin 2012.

A suivre…

 

26 May 2012: Boston Celtics point guard Rajon Rondo (9) is seen during the players introduction prior to the Boston Celtics 85-75 victory over the Philadelphia Sixer, in Game 7 of the Eastern Conference semifinals playoff series, at the TD Banknorth Garden, Boston, Massachusetts, USA. © Chris Elise

26 May 2012: Boston Celtics point guard Rajon Rondo (9) is seen during the players introduction prior to the Boston Celtics 85-75 victory over the Philadelphia Sixer, in Game 7 of the Eastern Conference semifinals playoff series, at the TD Banknorth Garden, Boston, Massachusetts, USA. © Chris Elise

 

26 May 2012: Boston Celtics small forward Mickael Pietrus (28) dunks the ball during the Boston Celtics 85-75 victory over the Philadelphia Sixer, in Game 7 of the Eastern Conference semifinals playoff series, at the TD Banknorth Garden, Boston, Massachusetts, USA. © Chris Elise

26 May 2012: Boston Celtics small forward Mickael Pietrus (28) dunks the ball during the Boston Celtics 85-75 victory over the Philadelphia Sixer, in Game 7 of the Eastern Conference semifinals playoff series, at the TD Banknorth Garden, Boston, Massachusetts, USA. © Chris Elise

 

26 May 2012: Boston Celtics point guard Rajon Rondo (9) dribbles during the Boston Celtics 85-75 victory over the Philadelphia Sixer, in Game 7 of the Eastern Conference semifinals playoff series, at the TD Banknorth Garden, Boston, Massachusetts, USA. © Chris Elise

26 May 2012: Boston Celtics point guard Rajon Rondo (9) dribbles during the Boston Celtics 85-75 victory over the Philadelphia Sixer, in Game 7 of the Eastern Conference semifinals playoff series, at the TD Banknorth Garden, Boston, Massachusetts, USA. © Chris Elise

 

 

26 May 2012: A fan waives a cardboard at the end of the Boston Celtics 85-75 victory over the Philadelphia Sixer, in Game 7 of the Eastern Conference semifinals playoff series, at the TD Banknorth Garden, Boston, Massachusetts, USA. © Chris Elise

26 May 2012: A fan waives a cardboard at the end of the Boston Celtics 85-75 victory over the Philadelphia Sixer, in Game 7 of the Eastern Conference semifinals playoff series, at the TD Banknorth Garden, Boston, Massachusetts, USA. © Chris Elise

 

Partager

13 Responses to “2012, The Last Season (?) – part I”

  1. Jaaak dit :

    Super article, agréable à lire. Bonne continuation dans ton rêve éveillé !

    Jack.

  2. Julien dit :

    Franchement génial !
    J’ai adoré suivre ton périple et les photos sont magnifiques !
    Vivement la suite !!!
    ps : On veut plus de photos de cheerleaders ! Hahahaha

  3. Tïnk dit :

    Au top, tu retransmets bien ta passion, pour la photo comme pour le basket, ça donne envie!

  4. s1n3d dit :

    Super article, super intéressant !
    Bravo d’avoir eu le courage de continuer après le vol de tes appareils photos.
    Vivement la suite !

  5. Marco dit :

    Merci Chris de nous faire partager ta passion et ton boulot.

    Moi qui suis un grand fan de la NBA et un modeste photographe, ca me fait toujours rêver.

    Hate de lire la suite… 😉

    Marco

  6. Herve dit :

    2012 a été un grand cru, j’ai hâte de voir le BIG2013.

  7. Sylvein dit :

    Magnifique. Un régal à lire et surtout des photos fabuleuses
    J’aime bcp celles entre les jambes de Shumpert et des Celtics
    Bon courage face aux aléas de l’existence, ce vol est ecoeurant

  8. Deroo Monique dit :

    Je ne connais absolument rien en sport ,
    mais ces photos sont superbes,
    bonne journée .

  9. Kler dit :

    Très intéressant en effet !
    Du bon boulot encore une fois en 2012, bonne continuation 😉

  10. Chris Elise dit :

    Merci à tous de vos mots, compliments et encouragements. C’est grandement apprécié.
    Je suis sur l’écriture de la seconde partie. Parution prochaine :-)

  11. Clément LUCK dit :

    Superbe première partie ! J’ai envie de dire vivement la suite !!!
    Difficile ton vol de matos, beaucoup auraient baissé les bras à ta place (moi y compris), mais tu as la rage, et ça c’est bon !
    Merci pour ces récits très sympas
    (tu shootes avec quoi maintenant du coup?)

  12. Chris Elise dit :

    Canon toujours, 1Dx.
    Merci Clément.

  13. […] de ma rétrospective de l’année 2012 (voir la première partie ici), 12 mois comme témoin privilégié, au premier rang, de magnifiques exploits sportifs. Nous […]

Laisser un commentaire