2012, The Last Season (?) – part II

2012 NBA Season MVP - LeBron James © Chris Elise

2012 NBA Season MVP – LeBron James © Chris Elise

Suite de ma rétrospective de l’année 2012 (voir la première partie ici), 12 mois comme témoin privilégié, au premier rang, de magnifiques exploits sportifs. Nous sommes à la veille des Finales de Conférence, début juin. A l’Ouest, les increvables San Antonio Spurs affrontent les jeunes Oklahoma City Thunder. De ce coté des USA, les Boston Celtics, la franchise la plus titrée de l’histoire de la NBA – 17 titres de Champions (2 seulement pour les Knicks…) – va en découdre avec le Miami Heat de LeBron James. Et je suis depuis le debut des playoffs à Boston pour couvrir ces joutes en haute altitude.

LeBron James a survolé la saison NBA. Il semble enfin concentré sur son objectif de voir son nom au panthéon des Champions NBA. Il prend chaque match sérieusement, avec détermination, lui qui auparavant donnait le sentiment d’être tout simplement heureux de joueur au basket, de réaliser quelques actions tonitruantes, de la starisation qui l’entourait. L’attention que lui portait les médias, comme le sale type désigné de la NBA  – depuis l’épisode de The Decision durant lequel il annonçait quitter Cleveland pour Miami – est retombée. LeBron James joue libéré. Et pour lui comme pour le Heat, cette seconde saison des Tres Amigos  (lui, Dwyane Wade et Chris Bosh), après l’échec en Finals en 2011, doit être celle de la consécration. Elle passera par le Big Three – Paul Pierce, Kevin Garnett, Ray Allen – qui s’est renforcé d’un 4e larron depuis l’éclosion de Rajon Rondo.

En attendant les premiers matchs à Miami, je profite de la douceur de Boston entre promenades et matchs de baseball des Boston Red Sox contre les Tampa Bay Rays à Fenway Park, un stade mythique qui fête cette année 2012 ses… 100 ans ! En tant que spectateur je prends place avec mon meilleur ami sur les vieux sièges de cette enceinte, réalisant que nous sommes en juin et que je n’ai pas encore shooté le moindre match de baseball. Le manque est réel. Se faire accréditer par les Red Sox pour un média étranger est très difficile, voire mission impossible. Quelques contacts en MLB – depuis que j’ai travaillé pour eux à deux reprises – me permettraient de contourner cet obstacle, mais je fais le choix de garder par devers moi cette carte pour une meilleure opportunité de parutions. Et profite du match, malgré la défaite des Red Sox 3-4.

Le lendemain, le 28 mai, la série entre le Heat et les Celtics commence à Miami, par la défaite de Boston sur le score de 93-79. Si les Celtics ont pu compter sur Kevin Garnett (23 points et 10 rebonds) et Rajon Rondo (16 points, 9 rebonds et 7 passes décisives), la production de Paul Pierce est bien insuffisante avec 12 points, et Ray Allen rate son match avec un famélique 1/7 aux tirs. Le Heat rentre dans le match sur un 21-11 au premier quart-temps, encaisse un 35-25 au second, mais se reprend au retour des vestiaires avec un 26-15 puis un 21-18. LeBron James aligne 32 points et 13 rebonds, Wade l’épaule avec 22 points dont 10 dans le dernier quart-temps. Malgré l’absence de Bosh – blessé aux abdominaux – les Celtics ne peuvent contenir le Heat. Les journalistes prédisent à demi-mots une série rapide, une fessée des Celtics…

07 June 2012: General view of the TD Garden during the fourth quarter of Miami Heat 98-79 victory over the Boston Celtics, in Game 6 of the Eastern Conference Finals playoff series, at the TD Banknorth Garden, Boston, Massachusetts, USA. © Chris Elise

07 June 2012: General view of the TD Garden during the fourth quarter of Miami Heat 98-79 victory over the Boston Celtics, in Game 6 of the Eastern Conference Finals playoff series, at the TD Banknorth Garden, Boston, Massachusetts, USA. © Chris Elise

 

01 June 2012: Boston Celtics small forward Paul Pierce (34) vies for the rebound with Miami Heat small forward Shane Battier (31) during the second half of Game 3 of the Eastern Conference Finals playoff series, Heat vs Celtics, at the TD Banknorth Garden, Boston, Massachusetts, USA. © Chris Elise

01 June 2012: Boston Celtics small forward Paul Pierce (34) vies for the rebound with Miami Heat small forward Shane Battier (31) during the second half of Game 3 of the Eastern Conference Finals playoff series, Heat vs Celtics, at the TD Banknorth Garden, Boston, Massachusetts, USA. © Chris Elise

Celtics Pride

Le second game ne permet pas de trancher le débat sur une série facile pour le Heat. Boston s’incline bien de nouveau. Mais en prolongations, 111-115. Les Celtics mènent en première mi-temps, mais essuient un 35-22 lors du 3e quart-temps. En prolongations, Rajon Rondo inscrit les 12 points des Celtics. Sa ligne de statistiques pour ce match est monstrueuse: 44 points, 8 rebonds, 10 passes décisives, 3 interceptions. Seulement LeBron James reste au niveau: 34 points, 10 rebonds, 7 passes décisives, 1 interception, 1 contre. Ainsi, loué pour sa performance, Rajon Rando résume d’une phrase son seul sentiment: « We lost. Simple as that.« .

Menés 2-0, les Celtics rentrent chez eux avec l’obligation de faire respecter à leur tour l’avantage du terrain. Fini les retransmissions télévisuelles, avec le retour des Celtics commence pour moi cette tant attendue série de playoffs.  Mais, en arrivant au TD Garden, en ce 1er juin 2012, une désagréable surprise, même si elle était prévisible, m’attend: je ne dispose pas d’un spot sur le bord du parquet pour travailler. Trop de médias suivent le Heat, et même en étant le seul média étranger pour cette série, ma place n’est pas garantie. C’est une mésaventure qui m’arrive fort rarement en NBA, mais durant les playoffs, les places sont plus chères.

Accrédité toutefois comme photographe, il ne me reste plus qu’à prendre position dans les (très hautes) tribunes de presse du TD Garden, aux emplacements réservés aux photographes. Dans ce cas, je shoote avec un objectif 400mm, complété par quelques photos prises au 200mm, et en profite pour faire quelques vues d’ensemble de la salle. Cela autorise des angles de vues sur l’action qui ne manquent pas d’intérêt. J’apprécie tout particulièrement le fait d’avoir un background clair, le parquet, qui ne perturbe en rien la lecture des actions, des attitudes des joueurs. En bonus, j’ai une vue sur le nombre impressionnant de bannières de Champions NBA, les maillots retirés des légendes des Celtics, suspendus dans les rafters. Autre intérêt: mon ordinateur portable est immédiatement à portée, et je peux ainsi éditer et envoyer mes photos tout au long du match, sans devoir attendre les fins de quart-temps (et rater un peu d’action) ou la mi-temps pour retourner dans la salle de travail des photographes.

Si les Celtics perdent ce match, la série est finie. Aucune équipe n’étant jamais revenue d’un 3-0. Dos au mur, les Celtics gagnent ce match décisif 101-91 sont portés par Kevin Garnett – 24 points, 11 rebonds, 1 contre, et 36 années au compter – Paul Pierce – 24 points, 4 rebonds, 4 passes décisives, 1 interception, 2 contres – et un Rajon Rondo toujours aussi impérial avec 21 points, 10 passes décisives, 6 rebonds, 1 interception. En face LeBron James ne démérite pas avec 34 points, 8 rebonds, 5 passes decisives, 2 interceptions et 2 contres. Mais il rate quelque peu le moneytime en ne scorant que 4 points, pour 1 rebond et 1 passes décisive dans le 4e quart-temps. Pire, dans les deux dernières minutes, il perd une balle et rate un 3 points, effaçant toute chance d’un ultime comeback.

03 June 2012: Miami Heat small forward LeBron James (6) takes a jumpshot over Boston Celtics power forward Brandon Bass (30) during the second half of Game 4 of the Eastern Conference Finals playoff series, Heat at Celtics, at the TD Banknorth Garden, Boston, Massachusetts, USA. © Chris Elise

03 June 2012: Miami Heat small forward LeBron James (6) takes a jumpshot over Boston Celtics power forward Brandon Bass (30) during the second half of Game 4 of the Eastern Conference Finals playoff series, Heat at Celtics, at the TD Banknorth Garden, Boston, Massachusetts, USA. © Chris Elise

C’est en prolongations que se décide le game 4, remporté par les Celtics 93-91 après qu’ils aient laissé fondre une avance de 18 points durant le match. Sans place sur le parquet, c’est en hauteur que je couvre ce match qui voit l’expulsion pour 6 fautes de Paul Pierce (23 points, 6 rebonds, 3 interceptions), et de LeBron James (29 points, 6 rebonds, 3 passes décisives, 1 interception, 1 contre, et 7 pertes de balles). Les Celtics ont pu compter sur Kevin Garnett qui combine 17 points et 14 rebonds, et sur les 16 points de Ray Allen. Mais une fois de plus c’est le quarterback Rajon Rondo qui m’impressionne: 15 points, 5 rebonds, 15 passes décisives, et les 3 derniers points des C’s en prolongations pour assurer la victoire. Je goute mon plaisir d’assister à l’éclosion d’un futur membre du Hall of Fame, tête de lard, meneur arrogant à la vision du jeu hors normes. Rondo voit des trajectoires, des espaces, que les défenses ne devinent pas, que ses propres coéquipiers ne peuvent prédire, a des appuis qui flingueraient toute cheville humaine.

A 2-2, plus personne dans les médias n’ose évoquer l’age des Celtics, et la domination acquise du Heat. Pour ma part, je commence à entrevoir la chance que je pourrais avoir d’avoir suivi les Celtics durant la saison, les playoffs, et de les couvrir en Finals NBA… Mais c’est pour l’heure prématuré. Pourtant difficile de ne pas vibrer après le game 5, les Celtics venant s’imposer sur le parquet de Miami 94-90 pour mener la série 3-2. Une victoire au game 6 à Boston, et les Celtics seraient en Finals NBA. Ce scenario idéal va être brisé le 7 juin 2012, lors du game 6, par un homme , LeBron James. Dominant le match de bout en bout, il termine avec un ligne de statistiques digne du rang qu’il compte tenir dans l’histoire de ce sport, pour un match éliminatoire: 45 points, à 19/26 aux tirs, 15 rebonds, 5 passes décisives, pour 45 minutes de temps de jeu. Le Heat s’assure une victoire facile 98-79.

Ce soir de playoffs figurera longtemps dans mes souvenirs les plus intenses et émouvants de carrière. Outre la performance historique de LeBron James, la réaction des fans des Celtics me file encore des frissons: alors que leur équipe est menée de 20 points dans le 4e quart-temps, que l’issue du match – une défaite et l’obligation de jouer un game 7 décisif à Miami – est certaine, la grande majorité des fans ne quitte pas le TD Garden avant la fin du match, comme c’est usuel aux USA lorsqu’un match est plié. Conscient que c’est peut-être le dernier match du Big Three – Paul Pierce, Kevin Garnett, Ray Allen – à l’orée d’une intersaison qui devrait voir le trio exploser, l’ensemble des fans reste debout les 3 dernières minutes du match, scandant d’une seule voix « Let’s Go Celtics !« . Jamais je n’avais vu une salle supporter jusqu’à la dernière seconde de jeu son équipe, perdante certaine du match. Tous les joueurs des Celtics sortent autant émus de cette réaction de leur public, que déçus d’avoir raté cette chance de conclure la série. Le coach Doc Rivers résume le sentiment général: « Did you hear our crowd the last three minutes of the game? What other crowd in the NBA does that ? It’s a terrific place to play. The fans were unbelievable. They did their part tonight; we just didn’t do ours.« 

Écoutez les fans et la réaction après match des joueurs et du coach

03 June 2012: Boston Celtics point guard Rajon Rondo (9) turns around Miami Heat point guard Norris Cole (30) during the Boston Celtics 93-91 overtime victory over the Miami Heat, in Game 4 of the Eastern Conference Finals playoff series, at the TD Banknorth Garden, Boston, Massachusetts, USA. © Chris Elise

03 June 2012: Boston Celtics point guard Rajon Rondo (9) turns around Miami Heat point guard Norris Cole (30) during the Boston Celtics 93-91 overtime victory over the Miami Heat, in Game 4 of the Eastern Conference Finals playoff series, at the TD Banknorth Garden, Boston, Massachusetts, USA. © Chris Elise

 

03 June 2012: Boston Celtics small forward Paul Pierce (34) rests during the Boston Celtics 93-91 overtime victory over the Miami Heat, in Game 4 of the Eastern Conference Finals playoff series, at the TD Banknorth Garden, Boston, Massachusetts, USA. © Chris Elise

03 June 2012: Boston Celtics small forward Paul Pierce (34) rests during the Boston Celtics 93-91 overtime victory over the Miami Heat, in Game 4 of the Eastern Conference Finals playoff series, at the TD Banknorth Garden, Boston, Massachusetts, USA. © Chris Elise

07 June 2012: Miami Heat small forward LeBron James (6) looks to pass the ball past Boston Celtics small forward Mickael Pietrus (28) during first half of Game 6 of the Eastern Conference Finals playoff series, Heat at Celtics at the TD Banknorth Garden, Boston, Massachusetts, USA. © Chris Elise

07 June 2012: Miami Heat small forward LeBron James (6) looks to pass the ball past Boston Celtics small forward Mickael Pietrus (28) during first half of Game 6 of the Eastern Conference Finals playoff series, Heat at Celtics at the TD Banknorth Garden, Boston, Massachusetts, USA. © Chris Elise

C’est devant la télévision que j’assiste lors du game 7 – qui se joue à Miami – à l’élimination des Boston Celtics des finales de conférences à l’Est. Cela devient presque banal mais Rajon Rondo est une fois de plus éblouissant de talent, avec 22 points, 10 rebonds, 14 passes décisives, 1 interception. LeBron James reste à la hauteur avec 31 points, 12 rebonds, 2 passes décisives, 1 interception, 1 contre, et décroche son troisième trip pour les NBA Finals, et peut-être son premier titre.

12 June 2012: NBA logo and Championships trophy banners are seen in the rafters during the Oklahoma City Thunder 105-94 victory over the Miami Heat, in Game 1 of the 2012 NBA Finals, at the Chesapeake Energy Arena, Oklahoma City, Oklahoma, USA. © Chris Elise

12 June 2012: NBA logo and Championships trophy banners are seen in the rafters during the Oklahoma City Thunder 105-94 victory over the Miami Heat, in Game 1 of the 2012 NBA Finals, at the Chesapeake Energy Arena, Oklahoma City, Oklahoma, USA. © Chris Elise

Ce sera pour ma part mon second trip pour les NBA Finals. Après les avoir couvert sur la côte ouest en 2009 (Lakers vs Magic), je suis cette année accrédité pour l’ensemble des NBA Finals. Le surlendemain du game 7,  je m’envole donc de Boston pour Oklahoma City (OKC), où le Thunder – autre finaliste – s’apprête à recevoir le Heat pour les deux premiers matchs de ces Finals.

Un sentiment d’exaltation me porte alors que je vole pour OKC. Depuis 2009, j’ai couvert tant de matchs NBA, en saison, en playoffs, shooté tant d’équipes, tant de joueurs, qu’en ce mois de juin 2012, je ne me suis jamais senti aussi confiant à l’orée d’un évènement sportif. Sans fausse modestie, je sais que je suis bien plus mur et prêt pour ces finals que je ne l’étais en 2009, sachant m’extraire de l’importance de l’évènement, plus aguerri. Deux ans de suite, j’ai couvert des playoffs (à Chicago et à Boston) jusqu’aux finals de conference. La plus haute marche se présente, les NBA Finals. Let’s Get Ready To Rumble !

12 June 2012: View of seats and tee-shirts prior to Game 1 of the 2012 NBA Finals between the Heat and the Thunder, at the Chesapeake Energy Arena, Oklahoma City, Oklahoma, USA. © Chris Elise

12 June 2012: View of seats and tee-shirts prior to Game 1 of the 2012 NBA Finals between the Heat and the Thunder, at the Chesapeake Energy Arena, Oklahoma City, Oklahoma, USA. © Chris Elise

 

12 June 2012: Miami Heat small forward LeBron James (6) dunks on Oklahoma City Thunder center Kendrick Perkins (5) during the Oklahoma City Thunder 105-94 victory over the Miami Heat, in Game 1 of the 2012 NBA Finals, at the Chesapeake Energy Arena, Oklahoma City, Oklahoma, USA. © Chris Elise

12 June 2012: Miami Heat small forward LeBron James (6) dunks on Oklahoma City Thunder center Kendrick Perkins (5) during the Oklahoma City Thunder 105-94 victory over the Miami Heat, in Game 1 of the 2012 NBA Finals, at the Chesapeake Energy Arena, Oklahoma City, Oklahoma, USA. © Chris Elise

Oklahoma City a un avantage certain sur Miami: cette ville ne présente aucun risque d’être distrait de son travail. De toutes les villes visitées aux USA, OKC reste à ce jour celle qui présente le moins d’intérêt. Rien à faire, rien à visiter d’exaltant. Un mémorial est dédié aux victimes (168 personnes) de l’attentat du 19 avril 1995… On fait mieux comme distraction culturelle. Des locaux avec lesquels je sympathise peinent à me conseiller le moindre bar sympa pour passer le temps. Bon, et bien on va faire avec, heureusement deux matchs des NBA Finals sont là pour m’occuper.


Welcome to the Chesapeake Energy Arena

Ici c’est OKC… oui je sais, ca intimide peu. Cependant, une fois les 18200 fans du Thunder en place, tous revêtant le tee shirt « ONE » offert par la franchise, s’époumonant et se levant la majorité du match, l’ambiance est proche de celle d’une salle NCAA.

Ce 12 juin, le Thunder l’emporte 105-94 face au Heat, Kevin Durant terminant avec 36 points, 8 rebonds, 4 passes décisives, 1 contre, et dominant le 4e quart-temps alors que LeBron James ne score qu’un seul panier durant les 8:15 minutes de cette période. Il totalise au final 30 points, 9 rebonds, 4 passes décisives, 4 interceptions, sans pouvoir arrêter Durant lors du money-time, ni peser offensivement.

Professionnellement, je réalise mon meilleur match en carrière, ne ratant que très peu des actions marquantes de l’affrontement, tout en prenant du plaisir. Les boitiers que j’utilise alors – deux Canon 1D Mark IV – fonctionnement parfaitement, ne me gâchant quasi aucune photo. La lumière dans cette salle récente est idéale pour la photographie. Sportivement, je retiens surtout la performance époustouflante de Thabo Sefolosha en défense. Après un long editing, je retourne à ma chambre d’hôtel – que je partage avec Romain Brunet, journaliste freelance au Monde et à BasketUSA – avec la certitude renforcée que la jeunesse du Thunder va dévaster les espoirs de LeBron d’un premier titre. A ce jour, il est certain que Romain se moquerait encore de moi si j’évoquais ce pronostique, comme j’ai osé le faire alors.

Car dès le game 2, le Heat va récupérer l’avantage du terrain du Thunder en battant ce dernier 100-96. Chris Bosh, blessé auparavant, reprend sa place dans le 5 majeur, et lui et Dwyane Wade apportent le soutien necessaire à LeBron James, combinant respectivement 16 points et 15 rebonds pour le premier, 24 points, 5 passes décisives et 6 rebonds pour le second. LeBron James tient plus que tête à Durant avec 32 points, 8 rebonds, 5 passes décisives, 1 interception, contre 32 points, 3 rebonds, 1 passe décisive, 2 interception, 1 contre pour le meilleur scorer de la saison. Après un editing post game, la nuit de ce game 2 est courte. Levé aux aurores, je pars pour l’aéroport sous des trombes d’eau et décolle vol pour Miami, pour les 3 prochains matchs de ces excitantes Finals.
Le contraste est saisissant entre la morne Oklahoma City et la festive Miami. En Floride, je ne loge plus dans l’hôtel faste des medias couvrant les Finals, mais dans un hôtel bon marché, vieillot et un peu miteux, qui a comme seul avantage d’être à 5 minutes de marche de l’AmericanAirlinesArena. C’est aussi cela la réalité d’un photographe freelance, dépendant du budget alloué par ses clients de la presse. Parti sous un deluge d’eau d’OKC, je passe ma première soirée à Miami coincé dans mon hôtel pour cause de… trombes d’eau.Les deux jours précédents le game 3, je partage mon temps entre shootings lors de l’ouverture des practices des finalistes aux medias, et ballades dans South Beach, sous un soleil revenu. Le match emporte par Miami a Oklahoma City, change la donne de ces finals. Avec l’avantage du terrain pour les trois matchs a venir, le Heat a une chance de gagner le titre a domicile. Pourtant, alors que je prends le chemin de la salle pour le game 3, je n’arrive pas a imaginer cette issue. La victoire du Heat, 91-85, lors de ce premier match a domicile, me pousse a réviser mon pronostique. Le Thunder semble incapable de maitriser un match de bout en bout, l’exécution est parfois fébrile, Durant et Westbrook se laissent déborder par leur frustration. Un avantage de 10 points en milieu du 3e quart-temps grâce a un 14-2 du Thunder, n’est pas suffisant pour contenir le Heat. La conference de presse d’après match me surprend: Durant et Westbrook semblent singulièrement manquer de confiance, et ont les attitudes, portent les inquiétudes, de joueurs au bord de l’élimination. Alors que le Thunder n’est mené que de 2-1…
12 June 2012:  Oklahoma City Thunder shooting guard Thabo Sefolosha (2) blocks Miami Heat small forward Shane Battier (31) during the Oklahoma City Thunder 105-94 victory over the Miami Heat, in Game 1 of the 2012 NBA Finals, at the Chesapeake Energy Arena, Oklahoma City, Oklahoma, USA. © Chris Elise

12 June 2012: Oklahoma City Thunder shooting guard Thabo Sefolosha (2) blocks Miami Heat small forward Shane Battier (31) during the Oklahoma City Thunder 105-94 victory over the Miami Heat, in Game 1 of the 2012 NBA Finals, at the Chesapeake Energy Arena, Oklahoma City, Oklahoma, USA. © Chris Elise

 

12 June 2012: Miami Heat small forward LeBron James (6) defends on Oklahoma City Thunder center Kendrick Perkins (5) during the Oklahoma City Thunder 105-94 victory over the Miami Heat, in Game 1 of the 2012 NBA Finals, at the Chesapeake Energy Arena, Oklahoma City, Oklahoma, USA. © Chris Elise

12 June 2012: Miami Heat small forward LeBron James (6) defends on Oklahoma City Thunder center Kendrick Perkins (5) during the Oklahoma City Thunder 105-94 victory over the Miami Heat, in Game 1 of the 2012 NBA Finals, at the Chesapeake Energy Arena, Oklahoma City, Oklahoma, USA. © Chris Elise

12 June 2012: Miami Heat power forward Chris Bosh (1) vies for the loose ball with Oklahoma City Thunder point guard Russell Westbrook (0) during the second half of Game 1 of the 2012 NBA Finals between the Heat and the Thunder, at the Chesapeake Energy Arena, Oklahoma City, Oklahoma, USA. © Chris Elise

12 June 2012: Miami Heat power forward Chris Bosh (1) vies for the loose ball with Oklahoma City Thunder point guard Russell Westbrook (0) during the second half of Game 1 of the 2012 NBA Finals between the Heat and the Thunder, at the Chesapeake Energy Arena, Oklahoma City, Oklahoma, USA. © Chris Elise

 

19 June 2012: Miami Heat small forward LeBron James (6) defends on Oklahoma City Thunder small forward Kevin Durant (35) who eyes the ball during the third quarter of Game 4 of the 2012 NBA Finals, Thunder at Heat, at the AmericanAirlinesArena, Miami, Florida, USA. © Chris Elise

19 June 2012: Miami Heat small forward LeBron James (6) defends on Oklahoma City Thunder small forward Kevin Durant (35) who eyes the ball during the third quarter of Game 4 of the 2012 NBA Finals, Thunder at Heat, at the AmericanAirlinesArena, Miami, Florida, USA. © Chris Elise

The King

Dans ces conditions, le 3-1 suite à la victoire 104-98 de Miami lors du game 4 semble sceller le sort du Thunder, que je sens vraiment en chute libre dans ces finals. Manque d’experience a ce niveau, pauvre execution dans les moments cruciaux, mauvaises decisions. De nombreux facteurs s’accumulent pour empecher desormais match apres match le Thunder de porter l’estocade opportune.

Dans ce game 4, les 43 points, 7 rebonds, 5 passes décisives et 1 interception de Russell Westbrook sont insuffisants, tout comme le départ tonitruant du Thunder lors du premier quart-temps (33-19). La fébrilité de LeBron James, lors des précédentes Finals contre Dallas en 2011, n’est plus d’actualité. Même perclus de crampes dans le dernier quart-temps, peinant à marcher lorsqu’il retourne sur le banc, pouvant à peine courir lorsqu’il revient en jeu, et encore moins passer un défenseur direct, LeBron trouve néanmoins les ressources pour couler le Thunder, réussissant un tir à trois points pour passer en tête à 3 minutes de la fin du match.

21 June 2012: Miami Heat small forward LeBron James (6) holds the MVP Finals trophy. © Chris Elise

21 June 2012: Miami Heat small forward LeBron James (6) holds the MVP Finals trophy. © Chris Elise

Je me prends à espérer que le Heat en finisse avec ces Finals au game 5, nous évitant de retourner a OKC, tant je n’imagine pas cette équipe du Thunder en mesure de réussir l’exploit, jamais réalisé, de revenir d’un 3-1. Et ce serait une belle opportunité de shooter une célébration de l’équipe championne NBA à domicile, voire la parade dans les rues de la ville, ce que je n’avais pas pu faire en 2009. Sans compter que je ne suis pas enthousiaste à l’idee de retourner à Oklahoma City…

Mon vœu est exaucé avec le game 5 qui marque la consécration de LeBron James (26 points, 11 rebonds, 13 passes décisives, 1 interception, 2 contres), et du Heat qui devient Champion NBA, sur le score de 121 a 106. Pour la seconde fois de suite, j’ai eu la chance de bénéficier d’un emplacement sur le parquet pour shooter, et non pas dans hauteurs de la salle (ce fut le cas pour les games 2 et 3). En 2009, c’est dans les tribunes, à mi-hauteur de salle, que j’assiste au titre des Lakers de Kobe Bryant, en ayant couvert juste 3 matchs et sans pouvoir descendre au niveau du parquet lorsque les trophées de Champion et de NBA sont remis.
Trois ans plus tard, j’ai suivi les playoffs du premier au dernier match puis les finals NBA entre les deux villes finalistes. Je témoigne par mes images du premier titre d’un joueur qui restera très longtemps comme l’un des meilleurs joueurs de l’Histoire du basketball, LeBron James, et immortalise les exploits sportifs de joueurs qui finiront au Hall of Fame.

See you South Beach

Alors que je quitte tard dans la nuit l’AmericanAirlinesArena, je mesure le chemin parcouru depuis une jeunesse passée à suivre les Finals sur Canal +, et ne peux m’empêcher de me projeter et d’espérer à l’instant de pouvoir de nouveau vivre ce summun d’une carrière de photographe en NBA, 12 mois plus tard.
En m’effondrant dans le lit de la chambre vétuste de mon hôtel, je sais aussi qu’il me faut juste savourer l’instant présent, la précarité d’une vie de photographe freelance autorisant peu à se projeter ne serait-ce qu’à moyen terme.
Dans l’immédiat, je dois décider si je reste pour la parade ou rentre à Boston, mon point de chute en cette fin de saison. La décision est prise dès le lendemain du dernier match. Une météo exécrable me fait prendre le risque de rester pour une parade qui serait repoussée. Et les tarifs des vols m’incitent à partir au plus tôt. Je quitte donc Miami pour Boston où je ne vais rester que quelques jours avant de prendre un bus pour le New-Jersey afin de couvrir la draft NBA.
21 June 2012: Miami Heat small forward LeBron James (6) answers journalists during a press conference following the Miami Heat 121-106 victory over the Oklahoma City Thunder, in Game 5 of the 2012 NBA Finals, at the AmericanAirlinesArena, Miami, Florida, USA. The Miami Heat wins the series 4-1. © Chris Elise

21 June 2012: Miami Heat small forward LeBron James (6) answers journalists during a press conference following the Miami Heat 121-106 victory over the Oklahoma City Thunder, in Game 5 of the 2012 NBA Finals, at the AmericanAirlinesArena, Miami, Florida, USA. The Miami Heat wins the series 4-1. © Chris Elise

Lors de cette draft NBA, je dois particulièrement suivre Evan Fournier, drafté en 20e position par les Denver Nuggets. Les 5 heures de bus pour New-Jersey, une accréditation qui me ne m’offre qu’un très médiocre emplacement pour travailler, le contre-coup de 2 mois de playoffs et finals NBA, font que je traverse cette draft sans grande passion ni interet. Toutefois, faire la connaissance rapide d’Evan et de son agent, est appreciable. La draft bouclée, nouveau trajet en bus pour rejoindre Boston pour quelques jours, avant de rentrer en France le 1er juillet 2012.
15 July 2012: Kevin Seraphin of Team France vies for the rebound with Pau Gasol of Team Spain during a pre-Olympic exhibition game won 75-70 by Spain over France, at the Palais Omnisports de Paris Bercy, in Paris, France. © Chris Elise

15 July 2012: Kevin Seraphin of Team France vies for the rebound with Pau Gasol of Team Spain during a pre-Olympic exhibition game won 75-70 by Spain over France, at the Palais Omnisports de Paris Bercy, in Paris, France. © Chris Elise

15 July 2012: Serge Ibaka of Team Spain argues with Florent Pietrus of Team France during a pre-Olympic exhibition game won 75-70 by Spain over France, at the Palais Omnisports de Paris Bercy, in Paris, France. © Chris Elise

15 July 2012: Serge Ibaka of Team Spain argues with Florent Pietrus of Team France during a pre-Olympic exhibition game won 75-70 by Spain over France, at the Palais Omnisports de Paris Bercy, in Paris, France. © Chris Elise

15 July 2012: Nicolas Batum of Team France dunks the ball during a pre-Olympic exhibition game won 75-70 by Spain over France, at the Palais Omnisports de Paris Bercy, in Paris, France. © Chris Elise

15 July 2012: Nicolas Batum of Team France dunks the ball during a pre-Olympic exhibition game won 75-70 by Spain over France, at the Palais Omnisports de Paris Bercy, in Paris, France. © Chris Elise

London is calling

Sur ce premier semestre, j’ai passé 4 mois aux USA, à couvrir la NBA. Depuis la fin des finals, l’adrénaline est retombée, et la fatigue est pesante. Pourtant le retour en France n’est pas signe de grand repos. En ligne de mire: les Jeux Olympiques de Londres. Accrédité pour toute la durée du tournoi olympique de basket, ce n’est pourtant qu’une semaine avant les JO que je trouve enfin un hébergement à Londres. Avant de prendre le train, je réalise quelques portraits, couvre quelques matchs de football, et une rencontre de préparation entre l’Équipe de France et celle d’Espagne à Paris (Bercy). Un match tendu qui sera marqué par les quelques minutes de jeu de Nicolas Batum, qui prend un risque de taille pour sa carrière en jouant avant la signature de son contrat avec les Trail Blazers, pour le seul plaisir d’évoluer devant un public français, et par un échange musclé entre Florent Pietrus et Serge Ibaka. Une rencontre – gagnée 75-70 par l’Espagne – qui préfigure l’affrontement possible lors du tournoi Olympique à venir.
A mon arrivée à Londres, l’excitation de mes premiers Jeux Olympiques s’accompagne d’un pincement au cœur. Ces JO auraient pu se dérouler à Paris, solide candidat. A l’époque du tirage au sort, j’étais journaliste à l’écrit, salarié dans une rédaction, et c’est en direct avec mes confrères, consœurs, et collègues, que j’ai assisté  à la mauvaise nouvelle. Je ne savais pas alors que quelques années plus tard, je couvrirais ces Jeux Olympiques. Quel regret toutefois que Paris n’ait pas décroché ces JO. La capitale française aurait bien eu besoin de la nouvelle salle multisports qui était prévue si elle avait accueilli les JO. Hélas, en 2013, il faut encore se contenter de la vétuste et dépassée salle de Bercy, ce POPB si peu attractif, qui nous a de plus interdit depuis des années à nous photographes, d’installer des flashs dans les hauteurs des tribunes. Que le POPB n’accueille de nouveau pas de match de pre-saison NBA en 2013 ne m’étonne pas. Il suffit d’aller à l’O2 Arena pour mesurer à quel point le POPB est dépassé.
Pour la plus grande partie du tournoi, ce n’est pourtant pas à l’O2 Arena que se déroulent les matchs, mais dans une salle construite pour l’occasion au cœur du Parc Olympique de Londres, un complexe sportif se trouvant à Stratford, dans le district londonien de Newham. En 2007, j’avais eu l’occasion de couvrir un tournoi pre-olympique à Pekin, avec l’Équipe de France de Baseball. Cette expérience ne m’avait que très peu préparé au choc des Jeux Olympiques de Londres: l’organisation, exemplaire, avec des bénévoles et des services de sécurité – assurés par l’armée britannique – aimables, souriants, serviables, le public, les installations pour les médias (centres de presse, casiers pour le matériel, etc). Au centre principal de presse, les marques Canon et Nikon sont présentes avec l’intégralité de leur gamme de matériel disponible en prêt, l’occasion d’essayer le récent Canon 1Dx et l’étonnant 200-400mm.

15 jours, 29 matchs

Ces Jeux Olympiques me donneront aussi l’occasion de mieux faire la connaissance d’Hervé Bellenger que je croise depuis mes débuts au bord des parquets de Pro A. Photographe spécialisé dans le basketball et le hand-ball, Hervé couvre ces JO pour la Fédération Française de Basketball. Nous passons ce tournoi ensemble, au même rythme quasiment. Je mesure le talent de ce bonhomme, qui doit saison après saison, composer avec les modestes (pour rester poli) salles françaises, des arrière-plans peu flatteurs, des maillots peu esthétiques (poli…restons poli…), et qui malgré ces contraintes « fait le job ». A Londres, nous partageons nos résultats régulièrement, et j’ai ainsi la chance de voir ce qu’il produit dans les conditions bien plus favorables qu’un tournoi olympique. Un plaisir et une leçon.
10 August 2012: USA Tyson Chandler, Deron Williams, Carmelo Anthony, Andre Iguodala and Russell Westbrook are seen during 109-80 Team USA victory over Team Argentina, during the men's basketball semi-finals, at the North Greenwich Arena, in London, Great Britain. © Chris Elise

10 August 2012: USA Tyson Chandler, Deron Williams, Carmelo Anthony, Andre Iguodala and Russell Westbrook are seen during 109-80 Team USA victory over Team Argentina, during the men’s basketball semi-finals, at the North Greenwich Arena, in London, Great Britain. © Chris Elise

02 August 2012: LeBron James dunks the ball during 156-73 Team USA victory over Team Nigeria, during the men's basketball preliminary, at the Basketball Arena, in London, Great Britain. © Chris Elise

02 August 2012: LeBron James dunks the ball during 156-73 Team USA victory over Team Nigeria, during the men’s basketball preliminary, at the Basketball Arena, in London, Great Britain. © Chris Elise

29 July 2012: USA Kobe Bryant defends on Boris Diaw of France during a 98-71 Team USA victory over Team France, during the men's basketball preliminary, at the Basketball Arena, in London, Great Britain. © Chris Elise

29 July 2012: USA Kobe Bryant defends on Boris Diaw of France during a 98-71 Team USA victory over Team France, during the men’s basketball preliminary, at the Basketball Arena, in London, Great Britain. © Chris Elise

29 July 2012: USA James Harden dunks the ball during the 98-71 Team USA victory over Team France, during the men's basketball preliminary, at the Basketball Arena, in London, Great Britain. © Chris Elise

29 July 2012: USA James Harden dunks the ball during the 98-71 Team USA victory over Team France, during the men’s basketball preliminary, at the Basketball Arena, in London, Great Britain. © Chris Elise

Lorsqu’on m’interroge sur mes Jeux Olympiques, me demandant mes impressions, le premier souvenir qui me vient à l’esprit est: la fatigue ! Une fatigue continue qui ne me quitta pas jusqu’au jour du départ. Le rythme de ce tournoi olympique est assez intense. Les matchs se succèdent du matin au soir, particulièrement la première semaine. Entre l’editing et l’envoi des photos pendant les matchs, entre les matchs, puis le retour tard aux alentours de minuit – 1 heure du matin, après le dernier match, et l’editing en retard de nouveau dans la nuit quelques heures, pour se réveiller vers 6 heures, et repartir au Parc Olympique, les nuits sont courtes, le repos en journée impossible. L’enthousiasme et le plaisir de suivre ce tournoi, de shooter des joueurs du monde entier, de retrouver les meilleurs joueurs NBA, sont réels. Mais après un premier semestre intense, le manque d’énergie se fait sentir. Jamais de ma vie je n’aurais aussi peu suivi les Jeux Olympiques. Avec Hervé, nous n’aurons pu nous poser qu’une seule fois pour voir la finale du 100m hommes…à la télévision dans le centre de presse ! Si j’ai un jour la chance de pouvoir de nouveau couvrir les Jeux Olympiques, je me préparerais comme pour un marathon ! Accrédité uniquement pour le tournoi Olympique, je ne peux me rendre sur aucune autre compétition, même pour y jeter un œil. C’est une sensation etrange d’etre au coeur d’un événement mondial, sans pouvoir réellement voir quoique ce soit. Je me console vite en me disant que de toutes facons, faute de temps je n’aurais pu assister à aucune autre épreuve.

LeBron James, encore

Malgré la fatigue, et parfois l’impression de traverser cette quinzaine dans un léger coma, il me restera de ces Jeux Olympiques aussi des souvenirs sportifs et professionnels inoubliables.
En vrac: l’ambiance détendue de Team USA, l’entente réelle entre ces stars NBA, le niveau de jeu incroyable de la version féminine de Team USA, le parcours des Braqueuses, l’Équipe de France féminine, et leur dédicace aux gars lors de leur qualification pour la finale, la déception pour l’Équipe de France masculine –  vaillante et combative – d’être passée si proche de battre les Espagnols – une préparation compliquée et l’absence de Noah ont pesé – un nouveau titre pour LeBron James (MVP de la saison, MVP des Finals, Champion NBA, Médaille d’or aux Jeux Olympiques !), la série de 3 points de Carmelo Anthony et son « shrug », les dunks de James Harden, un Kobe Bryant tout sourire en permanence, la complicité de LeBron James et Kevin Durant qui s’affrontaient un mois auparavant en Finals NBA, le plaisir de discuter un peu avec John W. McDonough, staff photographer pour Sports Illustrated, un géant de ce métier de photographe de sports pour lequel j’ai la plus grande admiration, qui prend le temps de me donner quelques conseils et m’encourage à persévérer dans cette voie, la claque pris en shootant avec le Canon 1Dx – enfin un boitier digne du tarif indécent de ces appareils dits professionnels – les discussions avec Hervé Bellenger, la satisfaction de faire une sélection de photos pour Théophile Haumesser, rédacteur en chef de Reverse, présent à Londres pour couvrir ces jeux, photos mises en ligne durant chaque match (nous, photographes choisissons très rarement les photos qui sont publiées, avoir pour une fois le contrôle est très plaisant), ma rencontre au petit matin avec un renard dans les rues de Londres, la nourriture plutôt chère du centre de presse de la salle de basket, les trajets en bus à travers le parc olympique, la gentillesse de mes hôtes Charlotte et Vincent, et les rires d’Edouard. Et Londres… enfin non pas Londres, je n’ai pas l’impression d’avoir vu quoique ce soit de cette belle ville dans le tumulte de ces Jeux Olympiques.
Désormais, je croise les doigts et espère être de nouveau de l’aventure en 2016 à Rio. Couvrir la saison NBA, les playoffs, les Finals, et les Jeux Olympiques la même année, c’est déjà très bien et si cela doit être mes seuls JO, ils se seront inscrits dans une année hors normes (toutes mes photos de London 2012 ici). Cette réflexion m’accompagne dans l’Eurostar qui part de Londres le lendemain matin… juste avant que je ne m’endorme malgré moi, ratant mon arrêt en France et finissant à… Bruxelles. Enfin de retour chez moi, un seul souhait: dormir !

A suivre…

29 July 2012: Tony Parker of France reacts during the 98-71 Team USA victory over Team France, during the men's basketball preliminary, at the Basketball Arena, in London, Great Britain. © Chris Elise

29 July 2012: Tony Parker of France reacts during the 98-71 Team USA victory over Team France, during the men’s basketball preliminary, at the Basketball Arena, in London, Great Britain. © Chris Elise

02 August 2012: Carmelo Anthony shrugs his shoulders after scoring his 10th three points shots during 156-73 Team USA victory over Team Nigeria, during the men's basketball preliminary, at the Basketball Arena, in London, Great Britain. © Chris Elise

02 August 2012: Carmelo Anthony shrugs his shoulders after scoring his 10th three points shots during 156-73 Team USA victory over Team Nigeria, during the men’s basketball preliminary, at the Basketball Arena, in London, Great Britain. © Chris Elise

09 August 2012: Team France players celebrate showing a flag with POUR NOS GARS (meaning FOR OUR BOYS, the men team France) writing on it after the 81-64 Team France victory over Team Russia, during the women's basketball semi-finals, at the 02 Arena, in London, Great Britain. © Chris Elise

09 August 2012: Team France players celebrate showing a flag with POUR NOS GARS (meaning FOR OUR BOYS, the men team France) writing on it after the 81-64 Team France victory over Team Russia, during the women’s basketball semi-finals, at the 02 Arena, in London, Great Britain. © Chris Elise

Celine Dumerc. © Chris Elise

Celine Dumerc. © Chris Elise

 

11 August 2012: Team USA poses with the gold media after the 86-50 Team USA victory over Team France, during the Women's Gold Medal Game, at the North Greenwich Arena, in London, Great Britain. © Chris Elise

11 August 2012: Team USA poses with the gold media after the 86-50 Team USA victory over Team France, during the Women’s Gold Medal Game, at the North Greenwich Arena, in London, Great Britain. © Chris Elise

 

12 August 2012: USA Kevin Durant and LeBron James celebrate at the end of the 107-100 Team USA victory over Team Spain, during the men's Gold Medal Game, at the North Greenwich Arena, in London, Great Britain.  © Chris Elise

12 August 2012: USA Kevin Durant and LeBron James celebrate at the end of the 107-100 Team USA victory over Team Spain, during the men’s Gold Medal Game, at the North Greenwich Arena, in London, Great Britain. © Chris Elise

Partager

One Response to “2012, The Last Season (?) – part II”

  1. Fred Maupin dit :

    Je découvre votre travail en mettant un nom sur des photos vues ici et là par le fan de basket que je suis.

    Belle continuation et j’espère que vos avez disposé d’emplacements à la hauteur de votre talent pour les dernières NBA Finals.

Laisser un commentaire